Bénédictines de Sainte Bathilde

5 - Dédicace de l’autel : Consécration et onction

dimanche 17 mai 2015

C. Prière de la dédicace

Après cela, l’évêque, debout, sans mitre, à l’autel, dit, les mains étendues :

Nous t’exaltons, Seigneur, et nous te bénissons, toi qui as voulu, dans un admirable dessein de ton amour, que le mystère de cet autel, préfiguré jadis de diverses manières, trouve son accomplissement dans le Christ.

En effet, après le déluge, Noé, cet autre père du genre humain, t’érigea un autel pour t’offrir un sacrifice ; tu l’acceptas, Père très saint, comme un parfum d’agréable odeur et tu renouas avec les hommes ton alliance d’amour. Abraham, notre père dans la foi, obéissant de tout son cœur à ta parole, te dressa lui aussi un autel, car il ne te refusait pas Isaac, son fils bien-aimé.

Moïse, à son tour, le médiateur de l’ancienne Alliance, te construisit un autel qu’il aspergea du sang d’un agneau, en préfiguration de l’autel de la croix. Par le mystère de sa Pâque, le Christ a donné à toutes ces figures leur achèvement : à la fois prêtre et victime, en montant sur le bois de la croix, il s’est livré lui-même à toi, Père, comme une offrande pure, pour enlever les péchés du monde entier et sceller avec toi l’Alliance nouvelle et éternelle.

C’est pourquoi nous te supplions, Seigneur : du haut du ciel, répands ta bénédiction sur l’autel qui a été bâti en cette église ; qu’il soit pour toujours consacré au sacrifice du Christ, qu’il soit la table du Seigneur où ton peuple viendra refaire ses forces. Que cet autel taillé dans la pierre soit pour nous le symbole du Christ, car c’est de son côté transpercé qu’il laissa couler l’eau et le sang, source des sacrements de l’Eglise.

Que cet autel soit la table de fête où les convives du Christ afflueront dans la joie : en se déchargeant sur toi, Père, de leurs soucis et de leurs fardeaux, qu’ils reprennent ici courage pour une étape nouvelle.

Que cet autel soit un lieu de paix et de profonde communion avec toi, pour que tes enfants, nourris du corps et du sang de ton Fils, et abreuvés de son Esprit, grandissent dans ton amour.

Qu’il soit source d’unité pour l’Eglise : que tes fidèles rassemblés autour de lui y puisent un esprit de vraie charité.

Qu’il soit source de communion pour la communauté de ce monastère et qu’il reçoive les chartes de profession des sœurs qui s’engageront devant lui.

Qu’il soit le centre de notre louange et de notre action de grâce jusqu’au jour où nous parviendrons, exultant de joie, dans les demeures du ciel, là où nous t’offrirons sans fin le sacrifice de louange avec le Christ, souverain Prêtre et vivant Autel, lui qui règne avec toi et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles.

R/ AMEN. 

D. Onction de l’autel

Monition : Par l’onction du saint chrême, l’autel devient symbole du Christ qui, plus que tout autre, est « Oint » et est appelé ainsi, car le Père l’a oint par le Saint-Esprit et a fait de lui le Souverain Prêtre, qui devait offrir sur l’autel de son corps le sacrifice de sa vie pour le salut de tous les hommes.

L’évêque dépose la chasuble et prend le tablier, puis vient à l’autel avec un ministre qui porte le vase de saint chrême. L’évêque, debout devant l’autel, dit à haute voix :

Dieu de gloire et de sainteté, toute croissance dans la foi et dans l’amour vient de toi. Comme cette huile sainte va marquer cet autel, imprègne de ta grâce et de ta joie les fidèles qui viendront ici communier au mystère du Christ qui s’est offert à toi pour la vie du monde, et qui règne avec toi pour les siècles des siècles.

R/ AMEN

L’évêque répand le saint chrême au milieu de l’autel et aux quatre angles, puis sur toute la table.

Pendant l’onction, on chante : J’ai vu l’eau vive

Une fois achevée l’onction de l’autel, l’évêque se lave les mains et dépose le tablier. Il remet la chasuble, revient à son siège et s’assoit,

Retour à l’article de la dédicace de l’autel

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales