Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet d’un jour : Thomas, dit le jumeau

dimanche 3 avril 2016

Thomas, dit le Jumeau, n’était pas là ce soir où Jésus vint annoncer la Paix aux disciples, après que les femmes parties depuis l’aube encore profonde et que les disciples l’aient cherché en chemin toute la journée.

Où était-il Thomas au lendemain de la Passion ? Etait-il resté seul à pleurer amèrement le Maître ? Consolait- il quelqu’ami dans la pénombre ? La merveilleuse aventure vécue jusqu’à présent prenait-elle fin brutalement ? Singulière solitude de Thomas dans ce contexte d’une vie commune intensément partagée.

Alors quand il retrouve ses amis, aussi étonné que vexé il proclame haut et fort que s’il ne peut « voir » et « placer » le doigt et la main dans la marque des clous et dans le côté, il ne « croira » pas. Plus exactement il ne sera pas fidèle à l’enseignement reçu. Tout le monde connait.

Mais voilà, huit jours plus tard, Jésus revient parmi eux et avant même que Thomas ne prononce un seul mot, il l’invite à « porter » son doigt et sa main dans ses plaies. Le Ressuscité manifestait encore sa capacité à porter les blessures de ses frères. Thomas se sent alors « reconnu » et « reconnait » à son tour « son Seigneur et son Dieu ». Il nous dit l’ « au-delà » de sa présence.

Alors, même si vous, amis des petits écrans,

vous n’étiez pas là lorsqu’à la Vigile pascale le prêtre a enfoncé dans le cierge pascal les clous symbolisant les plaies de Jésus, sachez bien que Jésus a compris les raisons de votre solitude et qu’il vient aujourd’hui la combler.

Alors n’hésitez plus à vous sentir « reconnus » !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales