Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : A part !

lundi 5 janvier 2015

" Quand Jésus apprit l’arrestation de Jean-Baptiste, il se retira en Galilée."

Jésus se retire par besoin de silence, de retrait, de distance, interrogé sans doute blessé par un événement douloureux, scandaleux qui le touche. Qui est épargné ?

A lire la suite de l’Evangile, nous découvrons que Jésus est fort sollicité de tous côtés et qu’il tire ce qu’il donne de ce lieu de solitude, de coeur à coeur, de vie qui sourd ! Il ne se laisse pas engloutir par le mal qui frappe aveuglément.

La souffrance, le malheur, l’injustice, la peur créent un avant et un après, difficilement traduisible en mots. Une fracture a surgi par l’irruption d’un mal. Jésus guérit, enseigne, annonce le Royaume. Il met la lumière de la vie au milieu des ténèbres. Il dérange et le voilà bientôt menacé.

De son retrait en Galilée, Jésus se met en route : la vie nouvelle commence et le Bonne Nouvelle se répand.

Aujourd’hui encore, la Bonne Nouvelle poursuit sa course : toute vie est déchirée par un mystère plutôt que fracturée. La Bonne Nouvelle transfigure cette fracture en déchirure pour y laisser jaillir dans la nuit la vie autre
Jésus, Lumière du monde, transfigure toute fracture en déchirure, mais c’est de nuit ! La foi transfigure car quelqu’un, Jésus, se penche sur la fracture, la fait sienne et y sème l’espérance, la compassion, la vie éternelle.
Un chemin de grande solitude se creuse accompagnée par l’Esprit, qui console, qui fortifie ; un chemin bordé d’amis qui font signe !

Dès le lendemain de l’Epiphanie, la route est escarpée, n’en soyons pas étonnés, osons nous retirer un peu pour recevoir la Lumière du Royaume !

L’Esprit nous murmure un lieu de retrait existentiel,
allons par cet autre chemin de vie !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales