Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Apprendre !

mercredi 11 octobre 2017

"Un jour, quelque part..."
Ces mots créent du flou, flou du lieu, du temps. Ils laissent supposer un épisode quelconque, un fait divers dont personne n’a retenu le contexte. Est-ce bien le cas ? Retenons ces mots comme amorce d’un secret !

Car au delà de la banalité de l’écrin, ils offrent le cœur du cœur : les mots de la prière du Fils au Père, le secret du cœur de Dieu, le murmure de l’Esprit en gémissement d’enfantement du monde sauvé ! Alors le flou crée le cadre universel : lieu, temps. "Un jour, quelque part" devient : partout et tout le temps. Osons alors croire : pour tous, pour nous !

Luc livre cette meilleure part que Jésus a pointé en Marie, assise à ses pieds. La perle pure et limpide de sa prière ! Au plus près du grec, apprenons de nouveau :
Père,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne !
Donne-nous le pain de chaque jour, jour après jour,
et remets nous nos péchés,
en effet nous aussi nous remettons les péchés à nos débiteurs,
et ne nous emporte pas dans l’épreuve.


Prière pure et brève qui coule en nous, au plus profond de notre cœur.
Prière du Fils qui se reçoit du Père, jour après jour.
Prière à apprendre du Fils lui-même : "quand vous priez, dites !" . Prière qui fait ce qu’elle dit : nous apprendra à prier ! C’est peut-être cela la perle du jour, la lumière : en disant la prière de Jésus, jour après jour, nous apprend à prier.

Pourquoi justement ces mots, si simples, si pauvres en apparence ? Le tout de la prière ne semble pas bien développé, riche, "mystique" et ce "petit tout" suffit ?
Oui, ce petit tout est le trésor du cœur de Dieu, la vie même de Dieu, la communion du Père et du Fils dans l’Esprit, leur murmure de confiance, d’amour, de don total.

Comme Moïse au buisson ardent, déchaussons-nous, mais il faut, nous, enlever nos gros sabots crottés de besoins, de peurs, de mensonges, de violence, d’avidité ! Allons porter le Bonne Nouvelle chaussés de cette annonce de la paix ! Les mots sont sur le paillasson, ouvrons la porte et courons !

Père !
Père, je te loue,
Père, en tes mains je remets mon esprit !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales