Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Boire la coupe !

lundi 25 juillet 2016

Tout avait bien commencé, " la mère de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, s’approche de Jésus avec ses fils et se prosterne pour lui faire une demande ." _ Une mère qui aime ses enfants, les pousse vers Jésus, mais elle va trop loin !

Sa demande exclut tous les autres et les met ses deux fils à part : "l’un à ta droite et l’autre à ta gauche !"
A part et pas à n’importe quel "part" : aux places uniques, les plus proches, les plus honorifiques !

Demande qui provoque l’indignation des disciples ! Ils ne peuvent prendre la distance suffisante pour comprendre que cette mère n’est pas dans le juste. La jalousie vient par la droite comme à la gauche. Elle jaillit comme un lion prêt à tout dévorer. Mais il est vite stopper, ce lion.

La Parole de Jésus met distance : " Vous ne savez pas ce que vous demandez !" et fait place nette ! "Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire ?"
Mais les deux sont aveuglés par l’émotion, le sentiment de toute-puissance : "nous le pouvons !" . Réponse pleine de ferveur, d’impulsivité, d’ignorance. La mère a tracé le chemin, ils se croient presque au but !

Jésus en bon pédagogue ne les contredit pas, mais part de leur réponse pour les conduire plus loin.
Boire à la coupe : ils feront, mais pour le reste, tout dépend de son Père.

Première réponse inattendue à la demande osée de Maman Zébédée. Qu’en est-il de nos demandes ?

Jésus rebondit encore à l’indignation des dix autres : ce qu’ils doivent désirer, ce n’est rien d’autre que de servir !
Jésus, Verbe de Dieu, Parole faite chair, est la Réponse à la demande de Maman Zébédée et de la jalousie des disciples : le Fils est venu non pour être servi, mais pour servir, en serviteur, en esclave : au soir du Jeudi saint, Jésus se met à genoux aux pieds de ses disciples. "Ce que j’ai fait pour vous, faites-le !" La coupe de la Passion, il la boit et la donne à chacun.
Chacun, selon sa vie, sa mesure, vit la Passion du Christ, boit la coupe en partage. Un signe ? Garder la patience dans le cœur !

A distance, pour recevoir notre place, unique,
dans le cœur de Jésus-serviteur,
buvons la coupe à la lumière de sa parole !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales