Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Critique sur critique !

lundi 11 septembre 2017

Jésus se déplace, on lui emboite la pas ! Pas que des amis, toute la clic de ceux qui ne supportent pas le bien qu’il fait. Une fois de plus, l’attaque se veut définitive sur un point nœdal : le respect du sabbat.

État de crise, à la synagogue où Jésus enseigne :
"Je vous le demande : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire le bien, ou de faire le mal ? de sauver une vie ou de la perdre ?"

Les scribes et les pharisiens sont convoqués à un moment crucial de remise en question et ils sont furieux, furieux d’être pris à revers par Jésus qui déplace leur question, évite leur piège. Ils ne peuvent alors rien contre lui, eux qui cherchaient à l’accuser pour s’en débarrasser. Lui qui conteste leur manière d’agir et d’exercer l’autorité, au nom de son Père.

Des règles du sabbat au jugement de conscience : faire le bien, sauver une vie, il faut sauter du permis-défendu à la liberté de l’amour.

Ce saut n’est possible qu’en Jésus, vrai Dieu et vrai homme.
Lui seul peut parler ainsi, Lui seul est Maître du Sabbat, non pour le supprimer - au contraire, il l’honore plus que personne - mais pour lui rendre son véritable sens, sa raison d’être : "le sabbat est fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat".

Faire le bien - sauver une vie, c’est toujours participer de l’œuvre de Dieu qui met l’homme au centre. Saint Irénée de Lyon l’avait saisi, dès le second siècle, "La gloire de Dieu, c’est l’homme debout, vivant ! Et la vie de l’homme est de rendre gloire à Dieu ! "

Rendre gloire à Dieu, le servir et cela nuit et jour, jour et nuit, d’un jour à l’autre, d’un bout du monde à l’autre, telle est la joie de Dieu . C’est toujours participer à l’œuvre de salut qui jaillit du bois de la Croix, qui puise sa force et sa puissance dans le sang du Fils répandu sur le monde.

Faire le bien - sauver une vie n’enferme pas dans une loi, une règle, un dogme, bien au contraire il lui ouvre la clé des champs infinis du pardon !
Faire le bien - sauver une vie, c’est écouter son cœur battre au rythme des hommes et répondre à cœur ouvert !

Faire le bien - sauver une vie, ne supporte pas de délai, surtout pas celui du permis-défendu, il est VENT qui souffle, TORRENT qui emporte, FEU qui brûle.

Faire le bien - sauver une vie,
rend libres comme Jésus.
En Lui, par Lui, avec Lui, envahissons les réseaux sociaux
d’audace créative, utile, performante :
Belle toile pour nous tous !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales