Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Drame prophétique !

mercredi 29 août 2018

Un anniversaire, une danse, une promesse insensée, et même un serment : alors la tête du Précurseur, Jean le Baptiste, tombe !
"La fille d’Hérodiade plut à Hérode et à ses convives. Le roi dit à la jeune fille : ’Demande-moi tout ce que tu veux, et je te le donnerai.’ Et il fit ce serment : ’tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, même si c’est la moitié de mon royaume."

Une danse qui éblouit, des convives à éblouir, et un serment éblouissant : même la moitié du royaume ! Drame encore bien quotidien !

En roi, Hérode joue un personnage, et se laisse aveugler par son désir de plaire jusqu’à engager sa parole sans mesure, sans discernement, sans prudence. Apparence et course au pouvoir à dénoncer !

Là s’infiltre le mal, le mal à l’état pur, le mal qui tue, le mal qui habite le cœur d’Hérodiade, mise à nue par le Précurseur. Il ne dénonce pas pour juger, mais pour appeler à la conversion. Il indique le mal, comme il montre la Lumière qui vient luire dans les ténèbres. En prophète, il parle.

Le récit s’arrête brusquement, au cœur de l’horreur gratuite : on apporte la tête de Jean, sur un plat, et le corps est déposé par ses disciples dans un tombeau.

Stupeur et horreur dominent, le pas de danse conduit Jean à la mort et la mort au tombeau, grain jeté en terre avant le Maître pour crier dans les enfers que la vérité viendra à la lumière, que la Vie sera plus forte, que la victoire de l’Agneau sera danse de joie pour tous les hommes appelés à la conversion ! Le drame est enfoui pour devenir prophétie du royaume.

Jean a été la voix qui annonçait la Bonne Nouvelle : "Voici l’Agneau de Dieu !"
Son sang chante la musique de Dieu. En son Fils bien aimé, Dieu nous comble de grâce, de sa miséricorde infinie : mystère de l’amour humble et gratuit, jusque là. Oserons-nous entrer dans cette danse-là avec enthousiasme toujours traversé par le réalisme de la vie ?

Un pas de danse, celle de l’Alliance,
au son du chant du rescapé :
"Tu as changé mon deuil en une danse,
mes habits funèbres en parure de joie !" (ps 29)

 
© 2018 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales