Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Embarquement immédiat !

mardi 2 août 2016

"Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur ! » Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur l’eau. »
Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant qu’il y avait du vent, il eut peur ; et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! »
Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » "


En quelques versets, l’évangéliste réalise une vraie séquence de film, en fait de foi ! En écoutant les verbes, nous plongeons dans une tempête, tout tourbillonne, tout s’agite, tout vacille. Première caméra !

Un seul, Jésus est maître, Maître de la situation, de cette agitation en tous sens. Que fait-il ? Deuxième caméra !

Une nouvelle fois, il se retire seul pour prier. Soudain rejoint les apôtres blottis dans la barque battue par le vent, la pluie. Ils sont secoués par la peur, l’angoisse et même la présence de Jésus.

La voix de Jésus, sa simple parole qu’ils connaissent devrait les rendre à la raison de la foi, mais non, rien n’y fait, il faut une preuve exceptionnelle, inouïe, hors norme. Le même, Pierre intervient. Troisième caméra !
Pierre se jette à l’eau et met Jésus à l’épreuve !

Épreuve contre épreuve, foi contre raison, confiance contre peur, finalement salut contre néant !

Un cri déchire la tempête, le cri qui jaillit de la peur la plus ancestrale, celle de mourir :
"Seigneur, sauve-moi !"

Cri de l’homme perdu, cri de l’homme nu, cri de l’homme réel, cri de l’homme enfin en vérité  : sans Dieu, c’est la mort !

Au seuil de l’ultime, au seuil de l’abîme, au seuil de la déprime, un cri, celui qui déchire les entrailles du Fils, "venu sauvé tous les hommes afin qu’aucun ne soit perdu", il étend la main et le saisit !

Entre le cri et la main qui saisit, la foi jaillit ! Foi réveillée par une parole de vie : "homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ?"

N’ayons pas honte d’entendre une telle parole de vie, celle de l’Écriture, celle du Pape aux JMJ, méditant la Parole. N’ayons pas honte de le reprendre, de nous laisser saisir et d’en être tout simplement heureux ! Jésus étend la main, nous saisit et nous adresse une Parole vraie qui murmure la vie, l’Amour !

Homme, femme de peu de foi,
crie ton peu, laisse-toi saisir !
Si tu passes par le feu, il ne te brûlera pas,
si tu traverses la mer, tu ne couleras pas
. (Is)
Choisis la barque plutôt que le divan !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales