Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Et je suis paralysé !

vendredi 13 janvier 2017

La fièvre, la lèpre, et ce vendredi 13 : la paralysie ! Une parole murmure : "N’ayez pas peur !" et un tonitruant : "Lève-toi !" réveille, ce matin !

"Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé porté par quatre hommes"

Ce n’est pas simplement quatre hommes qui portent ce paralysé à Jésus, à bien lire le récit, c’est "des gens", une foule se presse déjà autour du Maître et "des gens" font cortège à un paralysé, porté par quatre hommes.
Pourquoi ces précisions : tant de monde, des gens, quatre hommes, un paralysé, une foule et Jésus ? Sans oublier les lecteurs que nous sommes.

La multiplication des détails permet de visualiser la scène : vive agitation, foule présente jusqu’à une sorte d’encombrement, de plénitude. Tant à voir, qu’on ne voit plus rien, qu’on ne peut Le voir, Lui, l’approcher.

Et Jésus, lui, voit l’invisible.

Il voit la foi qui anime ces hommes,
- foi qui cherche un moyen de l’approcher,
- foi qui trouve le chemin du face à face,
- foi qui apporte au Seigneur le paralysé,
- foi qui espère tout, croit tout, chamboule tout.

Jésus voit l’invisible :
Jésus saisit cette foi pour la mener plus loin, la purifier.

Il fait passer de la paralysie au pardon,
de la position allongée à la position debout,
de la mort à la vie,
du brancard au ciel ouvert !

Jésus montre l’Invisible : la Résurrection !

Comment entendons-nous, aujourd’hui ce " Lève-toi, prends ton brancard et marche  !" ?
Mais pour entendre cette Parole, peut-être nous faut-il d’abord désencombrer l’ouverture, préparer un accès au Christ ?

Un coup de balai ne suffira sans doute pas, pour "forer" le passage de la foi !

Alors une étincelle de foi ?
Des "gens" pour nous porter devant Jésus,
un peu d’angoisse à l’ouverture d’un toit pour croiser son regard,
le désir d’entendre : "lève-toi, tes péchés sont pardonnés !"
Jésus aime l’invisible, notre foi profonde !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales