Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Fermeture !

samedi 17 mars 2018

Ce quatrième samedi de Carême met en alerte : "Ils s’en allèrent chacun chez soi."

Que se passe-t-il donc au Temple de Jérusalem alors que Jésus y est monté et qu’il enseigne ?

Sa Parole ébranle et fait bouger : les uns semblent comprendre : "C’est lui le Christ !" ; d’autres s’enferment dans un refus catégorique qui ne cherche pas de lumière : "Le Christ peut-il venir de Galilée ?"

Jean conclut : "C’est ainsi que la foule se divisa à cause de lui." Pire, on veut l’arrêter mais "personne ne mit la main sur lui."

Les grands prêtres et les scribes sont en colère car les gardes n’ont pu obéir à leur ordre d’arrêter Jésus. Ils veulent le faire mourir, il blasphème. Eux sont totalement enfermés, verrouillés dans leur savoir, leur pouvoir, leur domination. Ils sont à la fois dans le refus, le déni et la violence.

Un seul ouvre une brèche, Nicodème, celui qui a déjà rencontré Jésus, de nuit, par peur de se faire reconnaître... Il intervient simplement pour oser interroger leur décision à la lumière de la Loi qu’ils sont censés faire appliquer !

Refus total, chacun rentre chez soi. La situation est bloquée. Bloquée sur une décision dramatique et injuste : arrêter Jésus pour le faire mourir.

Nous sommes là, au milieu du Temple, ce matin. Quel écho ces mots font-ils en nous ? Sans doute aucun, car nous sommes si loin de ces questions ! Mais laissons-nous interroger par cette décision : arrêter Jésus pour le faire mourir.

Laissons-nous rencontrer par le regard de Jésus,
laissons-nous rejoindre par ses paroles,
laissons-nous bousculer par la vie d’aujourd’hui !
Nous sommes dans le monde, aujourd’hui ...

 
© 2018 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales