Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Gaspillage !

lundi 26 mars 2018

Hier, une figure discrète a ouvert le chemin de la Passion, une femme sans nom mais pas sans amour ! Ce lundi saint, la liturgie redonne à vivre ce jour d’inauguration, d’envoi avec d’autres mots, un autre regard, celui de saint Jean. Mais le geste demeure le même : du gaspillage !

" Laisse-la faire ! "

Jésus est catégorique : Marie de Béthanie a toute sa place en ce lieu, à ce moment, six jours avant la Pâque !

Elle tient sa place, pour parfumer le corps d’un parfum précieux, pour anticiper l’ensevelissement et donner sens, faire signe, emmener ailleurs, par un acte de grand gaspillage.

Les gestes de Marie sont pure folie, et même inconvenance, gaspillage, pure audace et par là pure efficacité : ils déclenchent en quelque sorte le drame d’accomplissement du salut !

Le précieux parfum répandu dit bien le gaspillage d’amour qui anticipe, qui pressent, qui agit avec force et justesse, il devient pur amour, gratuité de l’amour. Inconcevable pour l’humanité qui compte tout et calcule tout !

Comment allons-nous saisir aujourd’hui ce vase caché à notre vue, comment allons-nous oser gaspiller le parfum à portée de notre cœur pour ouvrir notre semaine et la remplir de la bonne odeur du Christ ?

Cherchons un peu où ce vase est caché. Parfum de la gratuité du don de Dieu, parfum de la bonté, parfum de l’inutilité voire du gaspillage apparent mais parfum de la vie !

Laisse-la faire ! Jésus accueille ce geste prophétique, jailli d’un cœur blessé d’amour, d’un cœur de femme attentive à la Parole, d’un cœur dénudé. Jésus l’accueille pour lui mais plus, pour l’humanité entière, il l’accueille et en fait la clef du Royaume !

Quel précieux parfum à senteur de gaspillage ?
Cherchons bien, il est caché, mais bien présent,
unique pour chacun, à odeur de pure gratuité d’amour !

 
© 2018 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales