Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Notre Dame de Compassion

mardi 15 septembre 2015

Quelques lignes de l’Evangile selon saint Jean suffisent pour lever le coin du voile sur le mystère de la compassion :
Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

Marie, près de la Croix, Stabat Mater mais Marie accompagnée de trois femmes et d’un disciple... Marie n’est pas seule.

Trois femmes se tiennent là, au pied de la Croix. Trois femmes ensemble, tenant debout, se tenant, se soutenant :
pour retenir la vie,
pour tenir le souffle ultime du Fils, crucifié,
pour soutenir les fils d’humanité en leur chemin de croix.

Aujourd’hui, tant de femmes se tournent vers Marie pour tenir, pour soutenir l’humanité souffrante, pour retenir ce souffle de vie à peine audible ! Tenir, soutenir, retenir, trois verbes qui nous dévoilent un coin du Mystère de la compassion.

Aujourd’hui, quelle autre réponse aux mille cris de souffrance parfois tus, cachés, honteusement ignorés ou manipulés que cet engagement reçu de la prière, à tenir, retenir, soutenir ?

La Parole du Christ : " J’ai vaincu le monde, n’ayez pas peur ! " ne peut que prendre chair de notre chair, là où nous sommes, tels que nous sommes pour incarner jusqu’au bout ce "tenir, retenir, soutenir" offert à notre humanité. A genoux devant toute souffrance, écoutons le murmure de l’Esprit en notre coeur :

"Voici ton fils !"
Mère, tu le deviens, dans ce monde qui gémit
en douleurs d’enfantement !
N’aie pas peur, je suis sorti vainqueur,
pour vaincre encore !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales