Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Ouvriers de quelle heure ?

mercredi 17 août 2016

Embauchés au petit jour,
embauchés vers neuf heures,
Embauchés vers midi,
embauchés vers trois heures,
embauchés vers cinq heures,
les ouvriers de la vigne ont travaillé le temps d’embauche, selon la parole d’embauche, au travail d’embauche.

Le soir vient, et le salaire tombe.
Une pièce d’argent tombe dans la main sale des ouvriers de la dernière heure,
une pièce d’argent tombe dans la main encore plus sale de ceux de l’avant dernière-heure,
Une pièce d’argent tombe dans la main toujours plus sale de ceux de deuxème heure,
Une pièce d’argent tombe dans la main des plus sales de l’ouvrier de le première heure !

Une pièce qui tombe sur leur cœur, leur pensée et qui résonne comme un coup de cymbale retentissante ! Quel est ce maître qui paie autant celui qui n’a fait que la fin de journée en passant, et celui qui a supporté tout le poids du jour ? Scandaleux ! Injuste !

Injustice ? Non ! : Au départ, le salaire était bien indiqué pour les premiers embauchés, après plus personne n’en a parlé.

Scandale ? Oui ! : la bonté de ce Maître de la vigne est bien scandaleuse, mais cordialement scandaleuse, justement scandaleuse, parce que divinement scandaleuse !

Le salaire de notre salut, c’est la vie du Fils, crucifié pour tous les hommes, sans aucun travail, mérite de notre part, ouvriers de la première heure comme de la dernière, nous recevons au creux de nos mains, sales, très sales, encore plus sales, des plus sales, le don gratuit de l’amour de Dieu !
Son trésor, son Unique pièce d’argent, il la dépose là, dans nos mains sales qui n’ont qu’à s’ouvrir pour la recevoir et la faire fructifier !

Jour de scandale dans la vigne de Dieu,
jour de mains sales purifiées
par l’accueil de son Eucharistie :
Dieu surprend mieux encore que certains athlètes !



PS : Billet irrégulier jusqu’au 1er septembre, n’hésitez pas à le faire vous-même !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales