Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Peur de ne pas Le reconnaître...

lundi 10 mars 2014

"Venez les bénis de mon Père... tout ce que vous avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait !

Allez-vous-en loin de moi, maudits, dans le feu éternel préparé pour le démon et ses anges... chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait !"


Appel sans contestation possible illustré magistralement par la chute de Saul, devenu Paul : "C’est moi, Jésus que tu persécutes !" !

Aujourd’hui, Jésus lève une première peur qui nous tenaille, la peur de l’autre différent, pauvre, si souvent perçu comme une menace.
Mais voilà qu’il nous donne une clé pour oser tendre la main, oser tendre l’oreille, oser ouvrir notre cœur, oser la chute, le plongeon dans l’amour inconditionnel, qui ne supprime pas la prudence !

La clé ? Ce pauvre nu, affamé, sale, en prison, malade, étranger a un visage ! Il est quelqu’un, quelqu’un aimé, sauvé par le Fils ! Le Christ a établi en lui sa demeure, comme en nous...

Une clé ouvre, mais ne fait pas tout... Le verrou de la peur est travail de l’Esprit en nous, à nous d’entrer dans la relation, dans toute relation autrement, le regard, l’oreille éveillé à une présence autre, une présence mystérieusement bonne, une petite parcelle d’humain à la ressemblance de Dieu et inviolable...

Parcelle qui appelle notre parcelle animée par l’Esprit...
que l’Esprit parle à notre esprit, dans le silence !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales