Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Portrait de femme !

jeudi 30 janvier 2014

Belle occasion de faire un petit détour... la fête de sainte Bathilde !
Si vous lisez ce billet, vous connaissez au moins son nom, c’est grande fête pour notre patronne, un peu la vôtre !

Occasion de vous assurer de notre communion dans la prière et le labeur quotidien, dans la traversée de notre vie, d’une rive à l’autre, sous la guidance de l’Esprit, scrutant l’horizon du festin promis, table dressée par le Fils !

Mais allons plus loin, jusqu’à la lecture proposée par la liturgie : Pr 30, 10 - 31...
Allez lire !

Ces derniers versets du livre des Proverbes brossent un vrai portrait de femme, femme de caractère, ou encore « femme de valeur », comme écrit la TOB, avec une idée de force ou de fortune. Les notes renvoient à Ruth et à la Genèse, où il est dit que la femme est une aide accordée avec l’homme d’où une totale confiance pour un entier repos. Ainsi, sommes-nous interpelées par ce portrait de femme !

Ici, deux routes,
- une pour les femmes, mots d’encouragements...
- mots pour les hommes, mots d’émerveillements !

Comment sommes-nous des femmes de cette trempe, pour employer le vocabulaire de saint Benoît ?
Femmes laborieuses qui ne craignons pas la peine, femmes allant jusqu’au bout de nos responsabilités et procurant ainsi le repos à ceux qui nous entourent… femmes habiles et discrètes, femmes silencieuses et intelligentes pour discerner et disposer de tout avec sagesse.

Oui, il faut bien du caractère, pour tenir, aujourd’hui, notre place de femmes, de sœurs, de consacrées, d’épouses, de compagnes, de célibataires, de femmes abandonnées, maltraitées, ou battues.
Il faut bien du tempérament pour oser la vérité, oser le combat spirituel, oser le dialogue, oser donner vie et oser la soutenir...

Il faut du caractère pour être et se livrer sincèrement, passionnément, radicalement et sans retour !

Il faut cette force de l’Esprit qui sème à tout vent les graines d’amour et de patience, de bonté et de pardon. Il faut cette constance pour porter la vie coûte que coûte, vaillamment, parce que notre corps est Temple de Dieu !

Et où puiser cette force sinon dans la Parole faite chair, dans le Fils venu assumer notre faiblesse ? Là, un seul chemin s’ouvre à nous, le Christ doux et humble de cœur.

C’est là que nous sommes convoquées,
là que cette force de caractère
se laisse transformer du-dedans
et porte du fruit, trente, cinquante, cent pour un !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales