Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Prière et humilité

mercredi 16 octobre 2013

Avec humilité et respect… en toute humilité et pure dévotion .
Tels sont les mots que saint Benoît utilise pour qualifier la prière au chapitre 20 de la Règle...

Prière et humilité, c’est peut-être ce qu’il nous faut garder pour ce jour. Ces deux mots suffiront largement, si nous nous laissons éveillées par l’Esprit. De quoi sont-ils porteurs ?

Chaque mot est un peu comme une valise ou un sac à dos, plein de mille choses utiles ou inutiles, pour soi ou à donner…

Que transportons-nous dans notre prière ? Où en sommes-nous de notre relation à Dieu ? Prière et humilité.
C’est à partir de mon expérience de dimanche, à Lourdes que je visiterai nos deux bagages « prière et humilité » ! En arrivant devant la grotte, un simple trou dans un rocher, et une foule en mouvement, en silence, en espérance, des millions de demandes montent de ce lieu par Marie, vers le Père…
Des millions de visages sont ainsi orientés vers Celui dont on attend soutien, réconfort, aide, amour, force voire guérison.

L’humilité est là en creux, dans ce rocher pauvre, petit, perdu ! Pourquoi tant de fatigues, de chemin pour se planter là devant ce creux du rocher et crier ? Ne peut-on de partout se tourner vers le Seigneur et le supplier ?
Si, bien sûr, mais justement, venir là comme aller en tout lieu de pèlerinage fait reprendre conscience que la prière et l’humilité sont un long chemin, un long pèlerinage tout intérieur :
Dieu est là, là en chaque être humain et je ne le savais pas !
Dieu est là dans le plus petit et je l’oublie,
Dieu est là et fait sa demeure en moi et je ne le connais pas !
Dieu est là tout simplement et je n’y suis pas !

Prière et humilité : Dieu est là c’est pourquoi je suis là !
C’est bien la raison, l’unique raison qui nous fait demeurer là ! Un jour, nous avons fait cette expérience de la présence aimante, et même passionnée de Dieu et nous n’avons plus voulu autre chose que d’être là.

Prière du cœur, présence aimante, humilité de Dieu qui se donne là, en creux au fond d’un cœur qui désire pour y semer la douceur et l’humilité du cœur du Fils… tout simplement.

C’est bien le message que nous livre le Seigneur, par l’intermédiaire de Ste Marguerite Marie Alaquoque. Marquée par le cœur ouvert du Fils, par l’amour débordant de Dieu, amour qui n’est pas reçu, pas aimé, pas honoré, elle a perçu l’appel à accueillir cet amour, ce feu de l’amour et l’accueillant, c’est le monde entier qui le recevait par son cœur brisé, son cœur devenu fournaise.

Prière et humilité, vraie fournaise d’amour inépuisable, parce que Dieu est là, Amour brûlant, amour qui plane sur les eaux.

Puisse notre cœur rester ouvert
à cet ardent brasier d’amour
maintenant et toujours !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales