Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Quelle précipitation !

jeudi 22 janvier 2015

" Il avait fait beaucoup de guérisons, si bien que tous ceux qui souffraient de quelque mal se précipitaient sur lui pour le toucher "

Jésus se retire au bord du lac, mais son passage ne passe pas inaperçu et de bouche à oreille, la foule se constitue, la foi se répand, le feu prend !

Il se retire mais il attire ! Ce ne sont pas seulement les guérisons, pas seulement son enseignement, pas seulement le pain et les poissons qu’il multiplie, qui font qu’une multitude nombreuse se précipite. C’est Lui, Jésus !

C’est Lui que les gens cherchent. Chacun brûlé de désirs, plus ou moins connus, avouables, même les esprits mauvais se mettent à crier !

Eux, ils ouvrent une brèche dans nos certitudes ! Pourquoi Jésus les faire taire, systématiquement ? Il annonce la Bonne Nouvelle du salut, et il ne veut pas que les esprits mauvais proclament qu’Il est Fils de Dieu ?

Le temps de Dieu n’est pas le temps des hommes ni des esprits mauvais ! Jésus sait que le temps de la plénitude de la connaissance du Mystère n’est pas arrivé. C’est le temps de la barque...

Sa mission ne fait que commencer, il doit parcourir les routes humaines, routes qui le feront passer par Gethsémani, par la mort, par le tombeau, la pierre roulée, la nuit, et au Jour la vraie connaissance.
Le temps de la barque, c’est le temps de la précipitation pour le toucher, pour l’approcher, pour l’écouter, pas pour le saisir, l’enfermer dans un titre, dans un savoir.

Le temps de la barque, c’est aussi notre temps ! Le temps de la foi qui nous met en contact avec Dieu ; le temps des incertitudes et des vagues, du mal de mer et de l’horizon désiré, de l’inconnu et du voyage excitant...

Le temps de la barque ?
Le temps de la connaissance du Vivant,
qui échappe parce qu’il est mystère d’amour,
mais qui comble le coeur des embarqués !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales