Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Quelle huile ?

vendredi 26 août 2016

Nouvelle parabole pour illustrer la veille nécessaire pour attendre et faire advenir le Royaume, nouvelle parabole, mais elle nous est bien connue : il y a quelques semaines, nous la méditions déjà. Alors que retenir de nouveau pour avancer d’un pas ?

"Les insensées avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leur lampe, de l’huile en réserve."

Toutes partent à la rencontre de l’Époux, toutes s’endorment, toutes se réveillent, mais certaines sont jugées par Jésus "insensées" et d’autres "prévoyantes". Deux termes qui ne s’opposent pas totalement : le contraire d’insensées seraient sensées, alors que veut dire Jésus dans cette parabole ?

Les insensées ont pris leur lampe sans huile de réserve.
Les prévoyantes ont aussi pris leur lampe mais avec de l’’huile de réserve.

C’est l’huile de réserve qui les sépare plus qu’elle ne les oppose.

Quelle est cette huile de réserve qui ne se partage pas ? Quelle est cette huile de réserve nécessaire pour garder sa lampe "allumable" à tout moment de la nuit, à la voix de l’Époux ? Quelle est cette huile de réserve qui ferme la salle des noces alors que la miséricorde l’ouvre toute grande ?

Elle est don de l’Esprit, parfum d’amour librement accueilli, reconnu, dans la foi. Elle est ce temps de la patience, de l’attente, de l’imprévu, du non-savoir.
Cette huile n’est-elle pas tout simplement la vigilance de chaque jour, alimentée par la Parole lue et relue, méditée, mangée, savourée ?

Huile parfumée de toutes les rencontres, de toutes les relations, de toutes les paroles et de tous les gestes familiers, du temps qui façonne la vie, de l’attente qui la burine.
Huile portée dans notre vase d’argile, dans notre vie fragile, vulnérable, mais si précieuse et unique, vie marquée par le temps qui ne nous appartient pas.

Huile de l’amour et de la liberté, huile de la vie donnée, huile de sainteté au goût du labeur quotidien, huile essentielle des larmes de compassion, de componction, d’émerveillement

Huile de réserve qui déborde au soir couchant, renouvelée au Soleil levant !

N’emportez rien pour la route !, dit Jésus aux disciples. Alors, cette huile de réserve ?

Elle n’est rien,
rien que le parfum de la vigilance d’amour,
le parfum répandu au jour le jour,
le parfum de ce jour ;
il passe sous la porte !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales