Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Quelle obéissance !

lundi 9 mars 2015

Au temps du prophète Élie, lorsque pendant trois ans et demi le ciel retint la pluie, et qu’une grande famine se produisit sur toute la terre, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; pourtant Élie ne fut envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien dans la ville de Sarepta, au pays de Sidon, chez une veuve étrangère.
Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; et aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman le Syrien.


Deux étrangers nous sont présentés par Jésus en marche vers plus qu’eux-mêmes. Ils ne sont pas leur propre référence, ils ne sont pas au centre de leur vie, et peuvent accueillir le passage de Dieu, sa présence, son oeuvre. Ils peuvent se laisser rencontrer au-delà de la colère pour l’un, au-delà du raisonnable pour l’autre.

Qui met en route la veuve de Sarepta, visitée par Elie et Naaman en route vers Elisée ? Une parole de prophète, de servante, de serviteurs ! Une parole de foi, simple et absolue ! Une parole à goût de folie, à goût de vie !

Jésus fait mémoire de ces deux figures étrangères, :
- cette femme veuve qui donne tout ce qu’elle a pour faire vivre son fils quelques jours et qui va recevoir en abondance huile, farine et bénédiction ;
- ce général d’armée qui court la terre pour que la lèpre le quitte et qui trouve la guérison dans un septuple plongeon dans le Jourdain ;

Cherchons bien notre petit peu d’huile et de farine à offrir en ce jour pour plonger dans la parole bienfaisante qui purifie ! Ne cherchons pas de chose compliquée, sophistiquée, exceptionnelle, Dieu ne s’intéresse pas à nos exploits ! Entendons plutôt la douceur de son appel dans le quotidien de nos vies qui nous arrache à la lèpre, à la médiocrité !

Jésus va son chemin, en passant dans nos vies,
d’escarpement en escarpement,
l’inouï de sa parole gagne notre obéissance,
et le Royaume croît !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales