Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Question sans réponse !

lundi 19 mai 2014

Jésus poursuit son enseignement, les disciples sentent l’urgence, les questions se multiplient...
" Celui qui a reçu mes commandements et y reste fidèle, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. "
Jude lui demanda : « Seigneur, pour quelle raison vas-tu te manifester à nous, et non pas au monde ? »


Jude attrape un mot, au vol, "manifestation", il le saisit et le renvoie à Jésus comme pour rester dans la partie...

Mais, sa question reste sans réponse... Jésus reprend tout simplement ce qu’il vient de dire, avec un léger déplacement, juste l’espace pour nous faufiler !

"Je vous dis tout cela pendant que je demeure encore avec vous." Le grec est plus clair, "je dis cela à vous, demeurant avec vous." : Jésus à ses proches, à ses amis, à ceux qui l’entourent, non de manière exclusive, mais particulière. C’est eux qu’il a choisis, pour qu’ils partent annoncer la Bonne Nouvelle, quand ils seront revenus. L’Esprit Saint viendra et leur fera souvenir de tout ce qu’ils auront entendu. Jésus annonce la venue de l’Esprit.

Ces commandements, cet amour, cette demeure de Dieu en chacun, voilà l’œuvre de l’Esprit ! C’est lui l’Amour que Dieu répand dans nos cœurs ; c’est lui le Consolateur, l’Hôte intérieur, le Père des Pauvres, le Dispensateur des dons. Jésus va passer de ce monde au Père, mais promet l’Esprit. Les disciples devront passer d’une connaissance à une reconnaissance pour annoncer au monde le Mystère de l’Amour, déplacement douloureux anticipé par Jésus, Maître de la vie, du temps : "Ma vie nul ne la prend, c’est moi qui la donne."

Pour nous, aujourd’hui ? Le passage est étroit, un coude semble boucher l’horizon : commandements, amour, demeure de Dieu, fidélité à sa parole, tout cela ne manifeste pas grande lumière au cœur du monde...
Mais au cœur de chacun ? Une attente, un désir, un souffle, une espérance, des germes ne crépitent-ils pas sous la cendre ?
N’avons-nous pas quelques braises cachées que ces mots, ces réalités lèchent et pourraient embraser ? N’ayons pas peur du petit appel d’air du jour !

L’Esprit est vent, l’Esprit est feu,
Vent de tempête, feu de la fête,
Amour enfoui du Dieu caché !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales