Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Renoncer pour une tour ?!

mercredi 4 novembre 2015

"Quel est celui d’entre vous qui veut bâtir une tour, et ne commence pas par s’asseoir pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ? Car s’il pose les fondations et ne peut pas achever, tous ceux qui le verront se moqueront de lui..."

Jésus s’appuie sur le bon sens pour donner une nouvelle leçon de vie à ses disciples : renoncer à soi, ce n’est pas plus difficile que de s’asseoir avant de faire quoi que ce soit, bâtir une tour, partir en guerre !

Il faut comprendre que cette foule qui suit Jésus est appelée à une vie nouvelle, vie qui nécessite une moment de réflexion pour décider de le suivre jusqu’au bout, d’aimer jusqu’au bout. Car avec Lui, c’est bien partir pour porter sa croix contre vents et marées !

Ainsi, ce n’est pas tant le comment qui importe, ici, mais la décision initiale. Bâtir une tour est un simple exemple.
Pour bâtir une tour, il y a d’abord le bon sens. Est-ce possible ? Et la possibilité repose les raisons de la bâtir qui induisent les fondations.
Quelle tour bâtir ? Il faut oser se poser cette deuxième question, et pour cela s’asseoir. Quel sens donner à sa vie ? Qu’est-ce que nous désirons bâtir ? Une tour d’ivoire, une tour de Babel, une tour de garde, une tour Eiffel ?

Une tour pour voir un horizon plus large et contempler la beauté de la création, pour accueillir le passant...
Une tour-symbole de durée, de solidité, de fidélité, et même de fierté ?

Jésus a bâti une tour, la seule qui demeure, la Croix Glorieuse !

Rude leçon de vie, mais leçon pleine de forces et d’espérance, car leçon de compassion, leçon faite de chair et d’os engagés, leçon qui se reçoit, au secret du face à face pour entendre l’Esprit nous inviter à nous asseoir pour nous recevoir du Père et donc à renoncer à nous-même !

Une seule tour vaut la peine de s’asseoir,
pour être bâtie :
la tour du face à face !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales