Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Sacré Coeur !

vendredi 19 juin 2020

Grande Solennité en ce vendredi : Jésus conduit ses auditeurs, ses disciples, sur un chemin de crête de plus en plus étroit, jusqu’au chat d’une aiguille : la louange au Père qui jaillit de son cœur de Fils !

Pour l’heure, il s’agit de s’alléger d’abord la conscience, sans pour autant se dérober à une prise de conscience exigeante, éclairée, libérante : il suffit de déposer son fardeau sur celui du Fils et d’oser croire que là est le repos : repos en Dieu sur la poitrine du Fils.

Alors, oui, nous comprenons la nécessité d’une profonde désappropriation, celle de vouloir connaître le Père. Le Fils révèle le Père, dans une dynamique de louange chantée par l’Esprit que son Cœur transpercé révèle totalement.

Ce n’est pas "terre ! terre !" mais "Cœur ! Cœur !" que crie le vigile. Cœur du mystère d’amour, cœur de notre vie même : l’amour débordant de Dieu pour chaque être humain.

Qui dit trésor au ciel dit trésor du cœur, trésors de grâces, semences mystérieuses invisibles, légères mais si fécondes !
- trésor de grâces enfouies dans le cœur ouvert,
- trésor de grâces semées au secret du cœur,
- trésor de grâces gonflées d’amour infini,
- trésor de grâces porteuses de fraternité,
- trésor de grâces joyeuses de reconnaissance,
- trésor de grâces chargées de douceur et d’humilité.

Tournons le regard vers les yeux de nos plus proches, le ciel n’y est-il pas gravé à perte de vue, à perte de cœur, à perte de grâces ? C’est là, que la louange prend corps et que le Fils révèle le Père.

Du Cœur du Fils au cœur des frères,
un pas pour aujourd’hui :
les yeux lavés, purifiés, émerveillés !

A 21h, Complies pour trouver le repos dans ce cœur à cœur de la nuit avec les psaumes 4, 90 et 133.

 
© 2020 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales