Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Supplier !

samedi 1er juillet 2017

Comme Jésus était entré à Capharnaüm, un centurion s’approcha de lui et le supplia : « Seigneur, mon serviteur est couché, à la maison, paralysé, et il souffre terriblement. » Jésus lui dit : « Je vais aller moi-même le guérir. »

Notons d’emblée à la première lecture, la force qu’anime le centurion qui s’approche et supplie Jésus.
La rencontre commence par un mouvement du corps, du coeur qui propulse cet homme de retenue, de contrôle sans retenue, sans contrôle. Rien ne le retient : celui qui est devenu unique à ses yeux par sa souffrance l’occupe, le préoccupe, le pousse vers Jésus. Il ose s’approcher et supplier.

Jésus reconnaît dans cet homme la puissance de guérison : c’est la foi du centurion qui va finalement conduire son serviteur à la guérison !
"Rentre chez toi, que tout se passe pour toi selon ta foi ."

Pas un instant d’hésitation, et même plus étonnant, le centurion ne veut pas que Jésus se déplace chez lui, une parole de cet homme lui suffit : la foi agit au-dedans et fait miracle !

Nous aimerions tellement que ce genre de miracle se reproduise pour chaque malade que nous connaissons ! Nous aimerions tellement avoir une telle foi, qui nous propulse devant le Christ et nous fasse supplier ! Avons-nous seulement ce même cœur littéralement déchiré par la souffrance de son serviteur devenu unique ?

Demandons ce miracle du cœur déchiré, demandons-le les uns pour les autres, aujourd’hui et voyons ce qu’il produira ! Demandons que tout frère en souffrance nous devienne cher, comme un fils unique à nous perdre pour qu’il vive. Tel est l’amour de la Trinité pour l’homme ! L’unique est envoyé pour sauver les serviteurs malades que nous sommes tous. Et croyons que rien n’est perdu pour Dieu.

Pas de magie, de l’amour !
Pas de retenue, de contrôle, apprenons à supplier !
Dieu bénit notre foi.,
le miracle, c’est bien de croire !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales