Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Toute seule, une seule !

mardi 6 octobre 2015

Deux femmes à l’honneur aujourd’hui... ou en rivalité apparente ! Ecoutons !

"Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma soeur me laisse toute seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider." "Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée."

Ce dialogue est si connu entre Jésus et Marthe qu’il semblerait ne plus rien avoir à nous dire et pourtant, ce matin, un mot nous accroche, un mot répété mais pas repris, un mot qui résonne au fond de nos vallées intérieures : seule.

Que traduit ce mot accompagné d’un adjectif d’exclusivité non appréciée ? "Ma soeur me laisse toute seule." Est-ce l’agacement  ? Plus ? Le reproche sonne fort, si rapide au moment de l’accueil.

Marthe conteste, fait rare pour une femme... à cette époque. Alors ? La sororité n’est jamais acquise, facile. Elle ne peut se construire sur le "faire pareil" ou encore le partage strict des tâches.
L’altérité engendre la croissance de l’être, peut-être bien la seule chose nécessaire ?

Jésus pointe de la parole, l’inquiétude, l’agitation de Marthe qui veut en faire beaucoup pour bien accueillir. Trop, c’est trop pour Jésus et il arrête d’un mot retourné les pensées destructrices : " Une seule est nécessaire !"
Jésus attend, non une multitude de choses faites par toute seule qui les a décidées mais une présence, une présence de l’être avec, peut-être bien la chose nécessaire pour faire grandir la relation ?

Jésus affirme, ne point d’orgue, que Marie a fait le meilleur choix. "Elle a choisi la meilleure part." Toute seule devenue une seule finit dans le coeur de Jésus par "la meilleure part."
Cette meilleure part à ce moment n’est autre qu’une écoute amoureuse, qui immobilise Marie ! Les multiples occupations du service ont triste mine aux yeux de Jésus devant la seule chose nécessaire, l’écoute qui dépouille en enrichissant de la Présence.

Que pressentons-nous de ce passage d’une revendication intérieure à une exhortation pour une écoute intérieure ? Comment reconnaître Dieu, L’unique, sous le voile de l’humanité, dans le silence, dans l’hospitalité simplifiée grâce à cette seule chose nécessaire, l’écoute ?

Un "Toute seule", qui fait enrager,
un "une seule" qui fait rêver,
Un Unique qui fait aimer !
Pas d’hésitation, il faut entendre !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales