Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : Vite au service !

lundi 23 février 2015

"Seigneur, quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?
’Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait’
Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?
’Amen, je vous le dis : chaque fois que nous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait
.’"

Honorer le Christ en tout homme, et plus particulièrement dans les pauvres, voilà bien la force, la lumière de l’Evangile du Christ ! Ce seul commandement de l’amour : Aimer Dieu, son prochain comme soi-même n’est pas un ordre, mais un appel, un vibrant appel pathétique !

A bien entendre la parole du Christ, nous pouvons être surpris et peut-être même inquiet comme le disait déjà Grégoire de Naziance : "la main gauche de Dieu m’effraie !"
Les boucs, ceux envoyés au feu éternel, n’ont commis aucun mal apparemment, ni vol, ni mensonge, ni meurtre... ils n’ont pas reconnu le Christ dans les plus petits, les plus pauvres.

Réveillons-nous ce matin, pour demander ce regard bienveillant, ce regard nouveau, ces yeux du Christ qui voient et ces mains qui s’approchent des plus petits, des plus misérables. Ne nous dérobons pas à nos semblables, car pour incroyable que cela puisse paraître, ils sont présence du Christ, ils sont la demeure de Dieu, au plus enfoui de leur misère.

Mais nous aussi ! Chacun de nous est présence du Christ, demeure de Dieu au plus enfoui, au plus caché derrière tous les buissons de nos hontes, de notre péché... Alors, ne craignons pas un regard fraternel, ami, une main tendue qui nous ramène à la lumière du pardon, de la vie, au face à face heureux !

Tour à tour, ce plus petit est à mon frère,
ce plus petit, c’est chacun de nous,
Le Christ, hier, aujourd’hui, le même,
pour l’éternité !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales