Bénédictines de Sainte Bathilde

Billet du jour : revenir à la vie !

samedi 3 mars 2018

2 passages de l’Évangile peuvent nous accompagner aujourd’hui :

- « « "Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.” Mais le père dit à ses serviteurs :“Vite, (...)mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé. » » et
- « « ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ! » »
2 Paroles du père, du père prodigue de cette parabole si connue, si méditée. Paroles qui coupent le souffle par la mise en pratique de la bonté et de l’amour inconditionnel d’un père pour ses fils. Le père n’hésite pas, il sait ce que son fils a vécu et son retour lui suffit.

Il s’agit bien de la joie d’un père de retrouver un de ses enfants qui était dans la mort, dans le péché, et qui se convertit. Le père ne répond pas à son fils qui revient vers lui, il ne lui dit pas qu’il le pardonne, mais il lui manifeste son pardon et donc son amour par la mise en place de la fête grandiose de ce retour.

Toute la vie de la maison s’arrête et fête cette conversion, ce retour à la vie,« il est revenu à la vie » ! Par deux fois, ce père le dit car il lui a donné la vie, son fils n’en a plus voulu pendant un moment, pensant pouvoir vivre seul, et par la force de la conversion, il revient, il se remet dans les mains de son père.

N’est-ce pas ce que nous sommes appelés à vivre en ce chemin de Carême ? Revenir à la vie, se dépouiller de notre péché, de notre volonté propre de tout maîtriser, tout savoir, tout connaître, ne raisonner que par nous-même, pour se revêtir de l’amour de notre Père pour nous, pour chacun d’entre nous et revenir vers lui, revenir à la vie qui nous est donnée en abondance.

Qui que nous soyons, nous pouvons être un jour le père qui accueille, un jour le fils cadet qui revient et un autre jour le fils aîné jaloux qui a besoin d’une explication pour lui-même de son père...N’ayons pas peur de revenir à la vie, de consentir au dépouillement de notre être, pour que le Christ prenne tous nos péchés sur la Croix et nous donne part à sa résurrection.

C’est l’amour miséricordieux du père qui nous est donné de voir, de méditer dans cette parabole, rien n’est perdu pour Dieu, il nous accueille tel que nous sommes et nous fait revenir à la vie, il nous prend dans sa miséricorde et nous envoie pour la joie et la vie en abondance.

Demandons la miséricorde de Dieu
Soyons à notre tour miséricordieux
La vie n’en sera que plus partagée
La joie et la paix du coeur
Seront alors source d’un plein bonheur

 
© 2018 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales