Bénédictines de Sainte Bathilde

Chapitre 4, 63 - 78

vendredi 10 juin 2011

Chaque jour...
Pour toujours ...

Deux expressions peuvent retenir notre attention au terme de ce chapitre 4 sur les instruments des bonnes œuvres : «  chaque jour  » et «  pour toujours  ».
Ces deux expressions marquant le temps, nous sont comme données pour délimiter l’espace dans lequel nous cherchons Dieu.

Espace temps en premier. Espace qui indique notre nature de créature, inscrite dans le temps, avec un commencement, une durée : « jour et nuit », une fin : « avant le coucher du soleil » - fin de la journée, mais plus encore : « au jour du jugement », fin pour laquelle nous sommes faits.
Et voilà que Benoît fait éclater cet espace temps en l’ouvrant sur Dieu lui-même : «  ne jamais désespérer de la Miséricorde de Dieu.  » Au cœur du temps, la présence agissante et miséricordieuse de Dieu transforme le quotidien en l’animant.
Le Christ n’est-il pas Celui que l’on reconnaît dans l’autre, tous les autres, de l’ancien au plus jeunes, et même dans l’ennemi ?! Ainsi, l’espace temps devient-il espace pour reconnaître le Christ en chaque homme, pour se donner au Christ dans toute relation, pour engendrer le Christ en tout temps. Espace temps qui peu à peu devient «  Espace Jésus  », espace Miséricorde et donc espace Compassion. !

Saisissant raccourci qui demande du temps... pour être reçu, accueilli, investi et pour qu’il nous transforme du dedans. Aujourd’hui, plus que jamais, le temps est mis à mal, il nous manque, nous courons après, alors nous manquons les rendez-vous du jour, nous manquons l’instant présent, nous manquons la Rencontre.
Tous ces instruments donnés par Benoît peuvent nous apprendre à vivre les relations fraternelles, lieu d’authentification de notre amour de Dieu.
Tous ces instruments trouvent leur source dans le temps, le temps de la relation, le temps de l’être ensemble, le temps de l’être avec.

Comment prenons-nous le temps de vivre ? Comment vivons-nous l’aujourd’hui, ce « chaque jour » comme temps de grâce pour vivre ensemble, pour vivre en grâce ? La grâce est bien celle d’être sauvé, de participer à la vie de Dieu, dès maintenant et pour toujours. Mais ce déjà est-il bien enraciné dans notre vécu quotidien ? Ne fuyons-nous pas par moment dans l’illusion d’un ailleurs, d’un autrement, d’un plus tard ?

- C’est aujourd’hui, c’est chaque jour et c’est pour toujours que Christ nous appelle, se donne à nous et nous invite à entrer dans son amour.
- C’est aujourd’hui que le Royaume se construit de pierres concrètes : ces relatons fraternelles taillées au coin de la miséricorde, ciselées au coin de la patience, posées au coin de l’abandon.
- Chaque jour, et pour toujours, jour et nuit, sans cesse... loin de nous décourager, sont là comme lumière de patience et de bonté : « il y eut un soir, il y eut un matin, premier jour ... et Dieu vit que cela était bon ! » (Gn1)

Nous sommes donc en route vers la Jérusalem nouvelle, vers la re-création, vers l’accomplissement de l’homme nouveau. En route, ensemble aujourd’hui et pour toujours... le réalisons-nous vraiment ?
Il est temps de rendre grâce, de faire eucharistie...

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales