Bénédictines de Sainte Bathilde

Chapitre 4 : Les instruments des bonnes oeuvres

vendredi 10 juin 2011

Avant tout, aimer le Seigneur Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toutes tes forces ;
Puis, le prochain comme soi-même.
RB 4, 1-2

Le titre du chapitre 4 ouvre sur une perspective dynamisante : il s’agit de donner à chacun et à tous ensemble, les outils ou instruments pour retourner au Père. Ce retour est caractérisé comme un art de vivre, un art spirituel.
Comme pour exercer tout art, un apprentissage et des instruments sont nécessaires. Dans les arts antiques, ils étaient transmis par le Maître. Transmission de maître à disciple donc. Benoît entre dans cette tradition, nous la propose de manière large mais radicale, précise mais inventive, marquée par sa culture, son temps mais adaptable à notre aujourd’hui.

Prenons un instant pour nous jeter un coup d’œil sur notre vie : est-elle sur le chemin du retour vers le Père ? Est-elle bien engagée comme art de vivre à la suite du Christ, avec lui ? Comment trouver accès ou meilleur accès à cet art et s’y tenir ?

Une petite suggestion : prier chaque jour votre « Suscipe me, Domine » avec l’espérance et la joie de vivre de la vie donnée du Christ. Saint Paul en est témoin : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. » Et pour cela, il suffit de se mettre sous la mouvance de l’Esprit : « Marchez sous l’impulsion de l’Esprit et vous n’accomplirez plus ce que la chair désire. »... « Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi sous l’impulsion de l’Esprit. » (Gal 5, 13 – 25)

Petite suggestion qui ouvre un grand porche, celui de la vie dans l’Esprit ! Combien de fois n’avons-nous pas murmuré contre la Lettre qui tue, en oubliant de nous ouvrir à celui qui vivifie : l’Esprit ! Oui, avec ce chapitre 4, Benoît nous lance dans la vie spirituelle, la vie dans l’Esprit, la vie sous l’impulsion de l’Esprit.
Il est là, comme souffle de vie, Père des Pauvres, dispensateur des dons.... Il est là, il frappe à la porte de notre vie. Ouvrirons-nous ? Nous laisserons-nous transformer progressivement, car il ne faut rien attendre de magique, de spectaculaire...
l’Esprit vient, avec le Fils, à notre secours pour nous façonner ce cœur de fille, de fils adoptif du Père. L’Esprit s’invite chez nous, non comme un hôte étranger, mais comme l’Hôte intérieur, Hôte très doux de nos cœurs. Il vient nous révéler à nous-mêmes. Il vient révéler le visage de l’AMOUR.

Rien d’étonnant alors que le chapitre 4 commence par le commandement de l’amour ! Double commandement qui n’est qu’un : aimer Dieu et aimer son prochain comme soi-même. Retenons cet appel de saint Paul aux Galates comme lumière projetée sur notre vie : «  Vous, frères, c’est à la liberté que vous avez été appelés. Seulement, que cette liberté ne donne aucune prise à la chair ! Mais, par amour, mettez-vous au service les uns des autres. Car la loi tout entière trouve son accomplissement en cette unique parole : « tu aimeras ton prochain comme toi-même. »... Gal 5, 13 – 14

Les différents outils énoncés prennent une nouvelle coloration à la clarté de cette Parole.
Comment trouver la vraie liberté, celle des enfants de Dieu dans l’amour concret, l’amour du prochain le plus proche d’abord, l’amour aux cent visages rencontrés dans une journée ?

Dans le plus défiguré, ai-je reconnu le Christ ?

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales