Bénédictines de Sainte Bathilde

Du caché au révélé, chemin de contemplation...

mardi 25 septembre 2012

Dieu caché...
révélé en son Fils, qui a pris chair de notre chair...
Mettons-nous à son école !

Tableau 1 : la Nativité

Sermon de saint Bernard pour Noël
Grande est la fête de la naissance du Seigneur.
Quelle nécessité poussait le Seigneur de majesté à s’anéantir de la sorte, à s’humilier pareillement, à s’abréger ainsi, sinon celle de vous voir agir de même ? Déjà il crie, par son exemple, ce que par la suite, sa parole proclamera : «  Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur. » (Mt 11, 29)

Je vous en supplie, frères, et je multiplie mes instances : ne supportez pas qu’un si précieux modèle vous soit montré en vain, mais rendez-vous conformes à lui par la rénovation spirituelle de votre esprit. Efforcez-vous à l’humilité, car elle est le fondement et la gardienne de toutes les vertus ; suivez-la à la trace, car elle seule peut sauver vos âmes.

Quoi de plus inconvenant, en effet, quoi de plus abominable, et de plus gravement punissable, pour un homme, que de voir le Dieu du ciel se faire petit enfant, et de continuer soi-même à se grandir au-dessus de la terre ?

Commentaire du Frère Pierre-Yves Emery (Taizé)
Oui, l’humilité que Jésus nous dévoile et à laquelle il nous appelle, consiste simplement à renoncer à l’illusion. Inutile est vaine, cette prétention à remplir les vides qui sont en nous et à nier nos limites. IL s’agit au contraire de les présenter à Dieu comme un espace libre qu’il comblera de sa vie.

Inutile et vain, cet orgueil qui consiste à tout disposer autour de nous et à tout ramener à nous car nous ne sommes pas le centre. Faut-il dire que Dieu est notre centre ? Plus exactement, le centre est son alliance, dans laquelle il nous appelle à lui parce d’abord, en elle, il vient à nous.

Inutile et vain, ce besoin de nous faire valoir nous-mêmes comme si nous étions notre propre source. Nous ne sommes nous-mêmes qu’à la condition de nous recevoir de Dieu et de nous offrir à lui, en réponse au don qu’il nous fait de lui-même. La loi de Dieu, c’est la loi du don.

Qu’à l’image de celle de Dieu, notre humilité soit comme le surcroît d’une confiance et d’une liberté intérieure, et une dimension d’amour.

Mais d’abord le fruit d’un étonnement et d’un émerveillement constamment renouvelés.

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales