Bénédictines de Sainte Bathilde

EIIR : 35ème RENCONTRE

lundi 27 juillet 2015

Du 12 au 18 JUILLET 2014, s’est déroulée à ASSISE une rencontre œcuménique européenne qui a rassemblé une cinquantaine de participants, dont Sr. Marie ; elle en fait ici un petit compte-rendu.

E.I.I.R. ?

« L’E.I.I.R. est une association œcuménique fondée en 1970 par les regrettés Métropolite Emilianos (Timiadis) de Silyvrie (Patriarcat Œcuménique) et Monseigneur Julian Garcia Hernando (prêtre catholique-romain de Madrid).

Ils invitaient des religieux-ses de nationalités et de confessions diverses à se réunir une semaine, chaque année, pour vivre ensemble l’espérance de la réconciliation et de l’Unité ecclésiale.

Ces quelques jours de rencontres et de partages avaient pour but essentiel le dialogue spirituel entre les Églises. La prière liturgique commune, l’enseignement des conférences, les échanges, les visites à l’Eglise locale, l’approfondissement d’un thème essentiel de la foi chrétienne, permettaient aux participants-es de mieux se connaître et d’apprendre à respecter et apprécier la diversité de chaque Église.

En 2000, le Groupe adopta le sigle EIIR (Encuentro Internationale Interconfesional de Religiosas y de Religiosos) et élabora des Statuts. Un Comité organisateur de 6 personnes fut voté par les Membres de l’EIIR, Comité respectant la diversité des Églises. La décision fut prise d’organiser dorénavant les Rencontres tous les deux ans, dans un pays différent, et alternativement dans une Église différente (anglicane, catholique, orthodoxe, protestante).

Les invitations seraient aussi désormais élargies à tous baptisés désirant s’engager plus spirituellement dans la démarche de réconciliation entre nos Églises (jeunes théologiens, laïcs animateurs-trices de groupes œcuméniques, de catéchèse, séminaristes, etc.).

Le but de l’EIIR est essentiellement un dialogue spirituel et théologique entre les diverses Églises, dans l’espérance de la réconciliation ecclésiale. Nos Églises sont "sœurs" et c’est par une meilleure connaissance et plus de respect de la richesse de nos diversités qu’adviendra l’exaucement de la Prière du Christ : “Que tous soit un". »

Vous retrouverez cette présentation et plus de détails encore, notamment le programme détaillé des journées d’Assise, sur le site de l’E.I.I.R. : http://eiir.wordpress.com/presentation/

35° Rencontre

Ce fut évidemment une grande joie qu’elle se tienne à Assise ! Elle fut, comme il se devait, placée sous le patronage de Saint François et Sainte Claire. Impossible aussi de ne pas rappeler le souvenir des grands rendez-vous interreligieux, initiés par Jean-Paul II en octobre 1986, et de ne pas avoir au cœur la pensée du pape François…

Le thème était :

« Appelés à la Sainteté. Le ciel est en vous. Soyez le ciel pour vos contemporains ! » Qu’entendre par sainteté ? Comment vivons-nous la Communion des saints ?

Quelle que soit notre appartenance confessionnelle, nous vivons tous cette mystérieuse réalité, mais nous l’exprimons différemment. Pendant quelques jours, nous allons nous mettre à l’écoute les uns des autres, dans l’unique Esprit.

Nous étions une bonne cinquantaine , venus de divers pays : Belgique, Bulgarie, Espagne, France, Hongrie, Italie, Roumanie, Suisse. Parmi nous, un moine libanais, supérieur d’un petit monastère hésychaste, une Petite sœur de Jésus, rentrant en Italie après 27 années en Syrie, un frère ukrainien, qui a appris avec nous le crash de l’avion…

Catholiques, gréco-catholiques, orthodoxes, protestants, nous représentions des histoires, des engagements très divers, mais tous centrés sur la même espérance.

Nous étions accueillis à la Domus Laetitiae, centre de spiritualité tenu par les Frères Mineurs Capucins ; ils sont secondés par un personnel qui nous a comblés par sa disponibilité de tous les instants. La vaste demeure est située un peu en-dehors d’Assise, mais à dix minutes à pied seulement de la basilique Sainte Claire. Autrement dit, nous étions royalement logés !

Célébrations

Un “essentiel“ de l’E.I.I.R. veut que la célébration dominicale soit vécue dans le rite de l’Eglise qui accueille. 2014 étant l’année de l’Église catholique, nous sommes allés à la messe paroissiale à la Cathédrale d’Assise, Saint Rufin.

Notre groupe, haut en couleurs, ne risquait pas de passer inaperçu ; à la fin de l’Eucharistie, Mgr Athénagoras, président de l’E.I.I.R., métropolite de Belgique, nous présenta, rappelant à tous l’importance de la prière et de l’action pour l’unité des disciples du Christ.

Messe catholique le dimanche, Sainte Cène protestante le mardi soir, Divine Liturgie orthodoxe le jeudi matin. Moments forts pour notre groupe : nous nous abstenons de communier dans une Église qui n’est pas la nôtre. Souffrance qui creuse jusque dans la chair le désir de l’unité…

Chaque soir, un temps d’office nous rassemblait à la chapelle de la Domus. Vêpres préparées par les catholiques, puis par les Gréco-Catholiques que les Orthodoxes sont venus soutenir (ce qui nous valut des chants en diverses langues !).

Le dernier soir, un membre de la communauté de Sant’Egidio est venu guider une Veillée de prière pour les martyrs ; après une liturgie de la Parole, le cœur de la célébration est cette longue, on aurait envie de dire interminable, proclamation de noms rappelant que, dans notre monde, la violence est une réalité qui n’est pas finie.

La présence de frères et sœurs venant de pays particulièrement touchés par la guerre ou la persécution, rendait cette célébration très intense : à eux, revenait de nommer les martyrs, leurs compatriotes. Moment d’émotion quand le frère ukrainien a ajouté à sa liste, les 277 victimes du Boeing écrasé en Ukraine (c’est ainsi que la plupart d’entre nous ont appris la catastrophe).

Les célébrations, ce sont aussi les temps de prière concluant la matinée : ils étaient préparés librement par le conférencier du matin, ou étaient dans l’esprit de ce que nous avions vécu. C’est ainsi que le lundi, après avoir visité la Basilique Saint François, sous la conduite d’un Franciscain, passionné et passionnant, nous nous sommes retrouvés dans la crypte du tombeau du Poverello.

N’oublions pas l’heure de Lectio Divina que, deux matins de suite, nous offrit un frère de Bose.

Conférences

Le dimanche, premier jour de la Rencontre, fut consacré à Assise.

Le matin, alors qu’après la Messe à Saint Rufin, une sœur Franciscaine nous entraînait dans une visite guidée de la ville, l’après-midi, la conférence d’une autre franciscaine nous présentait Assise, comme « lieu de sainteté (celle de François et Claire) et lieu de pèlerinage ».

Le lendemain, une autre Franciscaine, la propre petite-nièce de Jean XXIII, évoquait le « lien spirituel entre François et Claire ».

Ce fut ensuite autour de membres de notre groupe de “plancher“. « Saints pour tous : vivre en paix avec tous et en harmonie avec la création de Dieu » (le Pasteur Jean-Philippe Calame) ; « Sainteté et œcuménisme » (Archimandrite Syméon) ; « Témoins de la foi jusqu’à la croix » (Archimandrite Kassianos).

Rappelons aussi des interventions sous forme de témoignages, voix de différentes confessions, se rassemblant dans une action de grâce commune.

Mais comment tout dire ?!

Rencontres

Encore plus difficile, là, de tout dire ! Repas, promenades dans Assise, découvertes qu’on vit ensemble ou qu’on se raconte, débats informels, rencontres qu’on aurait pensé “improbables“ et qui deviennent soudain évidentes sous le ciel d’Ombrie…

Alors, concluons sur une note de joie et de prière. Avec les mots de Saint François :

Laudato si o mi signore laudato si o mi signore !

Oui, loué sois-tu, mon Seigneur, notre Seigneur !

Dans ce diaporama, ne figurent que des photos d’Assise. Par souci de respect de chacun, il a été décidé que les photos du groupe ne paraîtraient que sur le site de l’EIIR. Mais... il faudra attendre leur mise en ligne !!

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales