Bénédictines de Sainte Bathilde

Entrée en Avent

dimanche 1er décembre 2013

Au moment d’entrer dans une nouvelle année liturgique, nous pourrions avancer en chemin en compagnie de saint Jean Baptiste

Mère Fabienne nous propose une méditation

Jean Baptiste va venir nous visiter plusieurs fois dans la liturgie de ces jours de l’Avent. Beaucoup de textes font allusion à saint Jean-Baptiste dans le Nouveau Testament, et je retiens en particulier ces mots de l’Evangile de saint Jean au chapitre 3 : Jean Baptiste dit de lui-même : « l’ami de l’Époux se tient là, il entend la voix de l’Époux, et il en est tout joyeux » selon la traduction liturgique. Se tenir là, en présence du Seigneur, écouter sa voix, et se réjouir, ce pourrait être une belle manière de nous inviter à nous préparer à la venue du Verbe en notre chair, de nous préparer à l’accueillir quand il viendra à la fin des temps, quand il vient en nous-même, dès aujourd’hui sans doute.

Etre l’ami de l’Époux, membre de l’Epouse, qui est l’Eglise ; ami de l’Époux, à la suite de saint Jean Baptiste. L’ami, celui qui recueille les pensées de l’ami, celui dont le cœur est plein de sollicitude et d’attention pour l’Époux. L’ami, celui qui comprend tout à demi mots. L’ami, celui qui patiente et comprend avec le cœur.

Se tenir là. Se tenir là, avec le Seigneur, Lui, l’Époux de l’Eglise. Se tenir là où le Seigneur nous attend. Pour Jean Baptiste, c’était au désert tout d’abord, dans la solitude, dans la sobriété et la simplicité. Se tenir là où nous conduit un travail, un service, sa communauté, sa famille.

Deesis, Marie et Jean Baptiste entourent Jésus

Se tenir auprès de Lui et entendre sa voix, l’écouter, dans la liturgie, dans la lectio, avide de l’entendre, de comprendre ce qu’il veut nous dire. Demandons à l’Esprit de nous instruire afin de comprendre les signes des temps, de comprendre sa volonté pour nous, aujourd’hui déjà, et demain s’il lui plaît de nous le dévoiler pour nous y préparer.

Se réjouir enfin. Il faut lire et relire ici l’introduction et toute l’encyclique « Evangelii Gaudium » que notre Pape François vient de nous donner. Tandis que les nouvelles du monde peuvent angoisser et déprimer, l’Eglise nous invite à témoigner de notre espérance, qui est l’attente du Seigneur. Nous sommes entre ses mains, et nous sommes confiants, pour nous et pour le monde, qu’il ne nous abandonne pas. Pourtant, il nous laisse veiller sur ce monde, avec l’intelligence et la liberté dont il nous a fait don. Il nous faut être comme une veilleuse en ce monde, qui rappelle que le Seigneur est avec nous jusqu’à la fin des temps, qu’il nous a créés pour la vie, et qu’il ne cesse de nous y appeler.

Témoigner de notre espérance, jour après jour, dans l’Eglise, pour le monde de ce temps, c’est continuer à oser nous réjouir, de Dieu et de toute la bonté dont il nous comble. Au milieu des vicissitudes de ce monde, nous demeurons debout par la grâce de Dieu, et nous espérons, et nous nous réjouissons d’être les amis de Dieu. Par notre vie, par notre espérance, par notre prière, nous voulons faire de cet Avent de Dieu une annonce joyeuse : le règne de Dieu est tout proche ! Convertissons-nous, retournons-nous vers Celui qui vient à nous !

Comme Jean le Baptiste, à temps et à contretemps, témoignons, montrons le Seigneur qui vient sauver le monde tout entier. Comme Jean le Baptiste, écoutons sa voix, et réjouissons-nous, car Il est tout proche ! Relevons la tête et réjouissons-nous, car Il vient !

Mère Fabienne, Prieure de la communauté

Pour consulter le texte de l’encyclique du Pape François

PDF - 614.6 ko
Evangelii Gaudium
 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales