Bénédictines de Sainte Bathilde

Goutte de collyre 32 : le rassasiement !

samedi 25 juin 2011

Il fait régner la paix à tes frontières
et d’un pain de froment te rassasie.
Il envoie sa parole sur la terre :
rapide, son verbe la parcourt.
Ps 147

Il fait régner la paix à tes frontières
et d’un pain de froment te rassasie.



Rassasiés ! Nous pouvons vivre rassasiés ! Mais de quoi ?
En ce dimanche de la fête du Saint Sacrement, la liturgie nous tourne vers un autre Pain, un pain qui rassasie...
Pouvons-nous nous contenter de ce pain ? Le pain quotidien, le pain qu’il soit pain, pomme de terre, riz ou manioc... ce pain est d’abord indispensable, pain comme fruit de la terre et du travail des hommes, pain du partage, pain des frères et des soeurs en humanité ! Sans ce pain-là, sans un corps substanté, décemment nourri, bien difficile de parler de pain qui rassasie !

Ne nous leurrons pas ! Le Pain venu du ciel ne nous rassasiera que si nous partageons le pain, fruit de la terre et du travail des hommes !
Le pain venu du ciel ne nous touchera que si le pain, fruit de la terre et du travail des hommes est accessible à tous !
Le pain venu du ciel ne nous donnera la vie éternelle que si le pain, fruit de la terre et du travail des hommes fournit la vie quotidienne à tous nos frères !

Maîtres boulangers, nous le sommes... appelés à rassasier du pain de la tendresse, tous ceux que nous croisons, qui nous croisent...
Maîtres boulangers, nous le sommes... appelés à cuire le pain de nos vies au feu de l’amour incandescent, et à le distribuer à tous ceux qui ont faim...

Il fait régner la paix à tes frontières, et d’un pain de froment te rassasie.

Maîtres boulangers, nous le deviendrons si nous osons partager une part de notre nécessaire, pour rassasier un de ces petits qui a faim !
Un des petits... pas tous les petits ! Rassasiement d’un seul, Celui que le Seigneur mettra sur notre chemin, ce "seul" que nous pourrons découvrir, voir et rassasier, si nous nous sommes laissé nous mêmer rassasier au festin de la Parole et du Pain Rompu !

Maîtres boulangers, nous le deviendrons sans perdre l’officine si nous unissons foi, espérance et amour pour lever les yeux vers le Pain consacré en disant : " Amen  !"

Rassasiés, nous le serons au coeur de notre foi, au coeur de notre humanité, au coeur de notre faim... en devenant ce que nous recevons ! (St Augustin)

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales