Bénédictines de Sainte Bathilde

Goutte de collyre 53 : la crainte de Dieu

samedi 12 novembre 2011

Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le Seigneur.
Que le Seigneur te bénisse tous les jours de ta vie,
et tu verras les fils de tes fils.
Ps 127

Voilà comment sera béni, l’homme qui craint le Seigneur.

La crainte de Dieu... grand vilain mot qui fait encore peur par sa non-compréhension.
Qu’est donc la crainte de Dieu et pourquoi procure-t-elle la bénédiction ?

Crainte n’est pas peur,
- peur de déplaire,
- peur de mal faire
- peur de décevoir,
- peur de ne pas correspondre,
- peur du jugement,
- peur de perdre...

La crainte de Dieu, c’est la Sagesse !
- sagesse d’une vie qui désire correspondre à l’amour reçu,
- sagesse d’un coeur qui se sait aimé et inlassablement attendu,
- sagesse d’un coeur qui bat au rythme de l’Autre,
- sagesse d’un coeur qui répond à l’amour,
- sagesse d’un coeur qui se reçoit pauvre et modeste,
- sagesse d’un coeur qui attend tout du Vivant et se donne à Lui !

La crainte de Dieu devient alors bénédiction !
- Bénédiction qui se dit par une vie féconde, quelque soit sa longueur,
- bénédiction qui se voit dans une prospérité,
- bénédiction qui se prolonge, de fils en fils...
- bénédiction qui illumine la traversée du quotidien,
- bénédiction qui se découvre en chemin,
- bénédiction qui se chante en marchant...
- bénédiction qui se récolte dans la foi !

De la crainte à l’amour en traversant la vie bouleversée par la force de la sagesse et la grâce de la bénédiction, tel est bien le chemin qui nous est proposé. Mille et un talents nous sont alors remis pour construire le Royaume, ici et maintenant en devenant membres du Corps du Christ.

N’ayons pas peur de manifester au coeur du monde les dons de l’Esprit et d’annoncer la venue du Fils, comme Moissonneur de vraie vie !

Allons à la moisson, les ouvriers sont peu nombreux !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales