Bénédictines de Sainte Bathilde

Goutte de collyre B 17 : l’abandon !

samedi 31 mars 2012

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
Tous ceux qui me voient me bafouent...
Tu m’as répondu !
et je proclame ton nom devant mes frères !
Ps 21

Passer du cri de l’abandonné au coeur abandonné !

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
La fête des Rameaux ouvre la grande Semaine pour les Chrétiens, la semaine qui nous fait avancer sur le chemin de la Passion pour passer de la mort à la vie, chemin qui traverse nos vies bouleversées, nos vallées de souffrance et de mort, nos sentiers escapés, nos tunnels infinis... Chemin de nuit, et d’obsurité, chemin sur lequel seul le cri de l’abandonné monte encore ! Mais vers Qui ?

- Vers un Dieu qui nous révolte et contre lequel nous nous battons ?
- Vers un Dieu que nous imaginons juge et souverain ?
- Vers un Dieu d’une toute-puissance haïssable ?
- Vers une force supérieure qu’il nous faudrait apprivoiser ?
- Vers un Dieu qui se complairait dans nos misères ?

Ce Dieu là n’est pas notre Dieu !

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
Jésus nous révèle par sa mort et sa résurrection le Coeur de Dieu !
Il est Celui qui porte nos souffrances, marche devant nous, nous indique un chemin de tendresse, d’amour, de pardon, un chemin de vie nouvelle !
Pas n’importe comment, pas par magie ou superstition, pas par enchantement ou à coup d’exploit ou de merveilleux...

Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?_ Mais en entrant dans notre cri d’abandon, de désespérance, de solitude extrême, de misère... il prend sur lui notre pauvreté, notre malheur, notre péché et nous entraîne vers la Lumière du Père !
Entrons dans son cri d’abandon qui dans la nuit devient dynamisme d’abandon !
Accueillons dans le silence de nos journées, tout au long de cette semaine, ce cri de l’abandonné, de tous les abandonnés du monde pour le faire nôtre, y mêler le nôtre dans cette grande symphonie de la Passion !

Alors du cri jaillira l’espérance qui conduit à l’abandon confiant !
Alors du cri bondira la vie nouvelle, qui se manifestera en abandon pacifiant !
Alors du cri explosera l’abandon !

Mon Père, je m’abandonne à toi, fais de moi ce qu’il te plaira !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales