Bénédictines de Sainte Bathilde

L’accompagnement spirituel

lundi 14 août 2006

Quand on s’aventure sur un chemin difficile que l’on ne connaît pas mais que d’autres ont déjà emprunté, il est sage de se faire conseiller, ou même de se faire accompagner.
Quand on s’aventure sur ce chemin qu’est la vie monastique, ce chemin de la prière, de la vie fraternelle, du combat spirituel, une sœur, aînée dans la foi et dans la vie monastique, nous est donnée pour nous accompagner.

Ainsi la nouvelle soeur est aidée sur son chemin de conversion. Elle apprend à partager ce qu’elle vit, ses découvertes, ses combats.
Au noviciat de Thu-DucCette ouverture de son cœur à une autre l’éclaire sur elle-même, lui apprend à discerner en elle ce qui est de Dieu pour rendre grâce, ce qui vient du Mauvais pour lutter contre.
Tout au long de la formation initiale, l’accompagnement est indispensable, à la fois comme outil de discernement, lieu de connaissance de soi, accueil du regard de Dieu qui passe par un autre, appel à la conversion, mais aussi lieu de joie, d’émerveillement, de confirmation et donc de confiance.

Au Chapitre 4, Benoît donne comme instrument : « dès que des pensées mauvaises arrivent à ton cœur, les détruire tout de suite en les écrasant contre le Christ, puis les découvrir à un ancien, qui vit selon l’Esprit de Dieu. »

L’ouverture du cœur est don de l’Esprit, fruit de la prière. Elle est reconnaissance de la paternité de Dieu qui passe par une médiation humaine, pour engendrer à la vie filiale et fraternelle.

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales