Bénédictines de Sainte Bathilde

La Lettre aux Amis 2013

lundi 9 décembre 2013

Chers Amis

Tandis que nous sommes de nouveau à la charnière de deux années ...

le monastère sous la neige nous nous réjouissons de venir vous rejoindre par un courrier de nouvelles et de partage de nos questions, de nos projets. Ces dernières semaines ont été marquées pour nous par la Pâque de soeur Vincent, une soeur humble s’il en est, qui nous laisse un très beau témoignage de ce que le Seigneur accomplit dans une vie quand elle est livrée. Dans ce temps bousculé – ô combien – l’une de nos boussoles est peut-être la capacité à rendre grâce, à renoncer à l’amertume et à la peur, pour être témoins jour après jour, que le Seigneur est là. « L’action de grâce intercède », disait saint Pierre Damascène. Le Seigneur est là, non pour guider les événements du monde, mais pour les traverser avec nous, encore et toujours, comme il a traversé la vie de ses disciples, en allant jusqu’au bout de l’amour. Dans l’enfant de la crèche, nous reconnaissons le tout-petit, celui qui accepte de ne rien pouvoir, sinon aimer. Avons-nous rien d’autre à désirer pour nous-mêmes et pour nos proches et nos lointains, pour tous nos amis en cette année nouvelle ? Soeur Fabienne, prieure

Pâque de notre sœur Vincent

Soeur Vincent au travail de la vigneCe samedi 9 novembre, juste après la fête de tous les saints du diocèse, notre sœur Vincent s’en est allée vers le Seigneur, après deux jours à peine de coma, où nous l’avons veillée. Guidée et soutenue par le Seigneur, elle a traversé nombre d’épreuves, mais lorsqu’elle évoquait ces temps difficiles, elle ne manifestait aucune amertume, elle témoignait simplement que, portée par la grâce, elle avait pu les surmonter. Sa surdité, qui s’est encore accentuée en ses dernières semaines, fut une grande souffrance. Les tentatives de communication étaient souvent un échec douloureux malgré les stratégies mises en place par chacune pour rester en lien avec elle. Cependant, rassemblant toutes ses forces, chaque jour, jusqu’au dernier, elle s’est rendue à l’office ou à la messe et au tableau d’affichage pour lire les nouvelles car son désir de demeurer au cœur de la vie de la communauté était plus fort que son handicap. Elle garda jusqu’au bout l’amour de la création, s’émerveillant de la beauté du ciel, des fleurs ou des arbres, riant et battant des mains devant les facéties des écureuils ou des oiseaux. Un petit bouquet confectionné avec amour par une sœur était source de joie et de reconnaissance. Elle lui offrait en retour son sourire et son regard lumineux. Elle-même allait très souvent visiter les soeurs aînées en cellule, écrivait à celles qui étaient au loin… présence discrète et bienfaisante. Attentive aux enfants, ces petits dont on la sentait si proche, le dimanche après la messe, elle leur tendait une main caressante dans un geste qui contenait tout son amour. À l’atelier de restauration de tapis dont elle fut l’un des piliers, il m’est arrivé de me trouver seule avec elle à travailler. Lorsque je rencontrais une difficulté, c’est elle alors qui venait à mon secours, s’étonnant de ma maladresse, elle qui était si habile pour les travaux d’aiguille... pas de jugement cependant, mais toujours une aide bienveillante. Le jour de ses obsèques fut ensoleillé, le ciel d’un bleu lumineux, beauté offerte à notre sœur… Soeur Marthe

Accueil à l’hôtellerie

Si l’été se révèle généralement plus calme à l’hôtellerie que le reste de l’année, nous avons eu la joie en 2013 de poursuivre l’expérience des années précédentes, avec une session de calligraphie en juillet, suivie d’une session de chant, puis une session de cithare en août. Session de cithare 2013 Cela permet d’accueillir des personnes qui ne viendraient pas forcément au monastère, et qui sont heureuses de bénéficier de l’atmosphère de prière en même temps d’un enseignement.

Nous poursuivrons en 2014, en y adjoignant une session sur les Psaumes, du 18 au 22 août. Rendez-vous sur le site pour avoir tous les renseignements pratiques pour vous inscrire ! Depuis octobre, nous avons aussi initié des journées « halte spirituelle », qui permettent de faire un petit break dans des agendas bien fournis, de 10h15 à 15h00, le 2e jeudi du mois (pas en janvier). Après un enseignement, chacun(e) prend un temps personnel avant l’eucharistie, suivie du repas. Puis on peut se joindre à l’adoration du Saint Sacrement, ou/et rencontrer une soeur ou un prêtre. La « journée » se conclut par l’Office de None. Ceux qui le veulent peuvent prolonger encore leur séjour au monastère, bien sûr.

Après plusieurs années d’expérience à l’hôtellerie, Sr Marie-Samuel a laissé la place à Sr Claire et Sr Marie-Anne, qui accueillent en notre nom à toutes, les nombreuses personnes et groupes qui nous rejoignent pour une retraite, une rencontre, un travail de groupe, pour la prière. C’est toujours une joie de partager la prière et la vie fraternelle avec tant de visages divers, tant de sensibilités dans l’Église, et parfois avec des personnes bien éloignées de nos structures ecclésiales. Nous nous encourageons sur ce chemin de communion.

Chapitre des coulpes

la colombe sur le toit du monastère

Dans notre vie communautaire, il ne pourrait être question de durer ensemble… – 20 femmes, ce n’est pas toujours évident, mais enfin, 20 hommes non plus ! – sans vivre régulièrement un temps de « retrouvailles » en communauté, où s‘exprime la confiance que nous avons les unes envers les autres. Nous regrettons, devant les autres, ce qui a pu blesser la communion fraternelle, et nous rendons grâce pour tout ce que nous recevons du Seigneur, les unes par les autres. Cette démarche nous permet de renouveler un regard fraternel sur chacune et de mieux discerner le « meilleur ». Cela peut être apparenté au « devoir de s‘asseoir » des couples des Équipes Notre Dame.

Ce « chapitre des coulpes » se vit sous deux formes. La première, la forme simple, se répète plusieurs fois par semaine, à la fin de la réunion du soir ; après une lecture spirituelle au Chapitre, celles qui le souhaitent peuvent reconnaître avec simplicité ce qui a nui à la vie de la communauté : aussi bien des retards que des petits conflits, ou la perte de biens appartenant à la communauté (c’est-à-dire des objets, du temps…), ou le tort fait par trop de paroles, etc.

Cela permet à toutes, de reconnaître que rien ne nous appartient, que tout est commun à toutes, et surtout, de pardonner donc de repartir à neuf, en sachant avec réalisme que les mêmes choses recommencent… La seconde forme se vit environ trois fois dans l’année, nous l’appelons « grand chapitre des coulpes » : il est célébré le Jeudi saint, le 14 septembre et le 31 décembre, ainsi qu’à la veille des grandes étapes de la vie monastique (vêture, profession). Il se déroule également au Chapitre, avec chants et prière au début et à la fin (et un lavement des mains mutuel le Jeudi saint, en écho au lavement des pieds que nous vivons à l’eucharistie ce même jour). Quand une sœur reconnaît ses failles, cela nous incite encore plus à l’aimer telle qu’elle est. En nous exprimant les unes après les autres, librement, nous permettons au corps communautaire de se vivre comme communauté de conversion et de pauvres pécheurs, qui puise et revient à la Source, le Christ, dont nous sommes membres dans son Église. Et ainsi, d’année en années, chacune prend peu à peu conscience de ses failles, des points où elle doit se laisser travailler par l’Esprit…

Partager la Paix Le chapitre des coulpes est le lieu où nous expérimentons le meilleur de la vie fraternelle, un lieu où l’on est pardonnée, et où on peut donner le pardon, au nom du Christ. Oui, sans cette possibilité, nous ne pourrions vivre ensemble : se demander pardon mutuellement quand il y a lieu, ne dégrade pas, mais bien au contraire fait grandir spirituellement ; cela nous aide à mieux nous connaître en vérité en reconnaissant devant toutes notre fragilité (que les autres connaissent souvent mieux que nous !), à construire la relation sans se lasser, à avancer dans notre propos de conversion, à faire croître l’humilité et la charité fraternelle. Le chapitre des coulpes nous donne de chercher la paix entre nous, et ainsi nous pouvons prier avec plus de vérité pour la paix dans le monde : c’est en vivant en bonne relation avec ma sœur la plus proche que je contribue à apporter la paix sur notre terre. Si je ne suis pas capable de faire la paix et de m’entendre avec mes sœurs, comment croire que les nations y arriveront ? En construisant la paix entre nous, nous enracinons notre prière pour le monde dans notre quotidien le plus ordinaire, dans nos relations et nos difficultés de tous les jours. C’est un chemin d’humilité et de simplicité ; la profondeur ne va pas nécessairement chercher de grandes déclarations : dans les petites choses se révèle la délicatesse de l’amour.

Saint Benoît nous invite à vivre le pardon sous de multiples formes, selon les circonstances : l’amour est inventif ! Lorsque la difficulté ou la faute concerne une seule sœur, la réconciliation va se vivre à deux. La Règle de saint Benoît mentionne le Notre Père aux Offices, « à cause des disputes habituelles dans une vie commune. Dans cette prière, les frères s’engagent ensemble par cette promesse : « pardonne-nous, comme nous pardonnons, nous aussi ». Par là, ils sont obligés de se purifier de ces fautes. » Un geste fraternel, une fleur ou une attention peuvent signifier à l’autre notre désir de ne pas rester sur une incompréhension. Reconnaître sa faiblesse devant une sœur ou devant toutes désarme le Malin. C’est faire tomber nos préjugés sur nos sœurs. Et cela renouvelle la communauté dans la paix et procure beaucoup de joie. L’atmosphère d’un chapitre des coulpes se caractérise par une vraie gravité, et aussi une grande joie partagée quand chacune se laisse accueillir dans sa fragilité et son désir de fraternité.

Des sœurs

Au jour le jour

DÉCEMBRE 2012 : F. Matthieu, osb, (Pierre-qui-Vire) vient passer quelques jours pour son ministère habituel et nous fait une conférence sur la Constitution Dei Verbum de Vatican II. II. Dans le mois, deux groupes de bénédictines de Montmartre passent une semaine de retraite, les instructions sont données par Mère Prieure et Mère Lazare leur donne deux conférences sur la Règle de saint Benoît. Le 17, visite de notre archevêque, Mgr Jordan, qui nous donne des nouvelles du diocèse et de la Visite ad limina à Rome.Le 19, rencontre avec le P. Gilles François (Créteil), postulateur de la cause de béatification de Madeleine Delbrêl dont les écrits nous parlent tellement ! Le 23, nous fêtons l’anniversaire de Sr Marie-Emmanuel, qui a 50 ans demain, veille de Noël. Le 31, office des Vigiles de la Mère de Dieu : des sœurs et des hôtes prolongent la veillée en alternant chants et intentions de prière pour le monde et l’Église. Sr Marie- Emmanuel part au Burundi pour une année sabbatique. Sr Éphrem poursuit vaillamment sa rééducation de la jambe, après un séjour d’un mois à l’hôpital. À quand le retour à Madagascar ? 2014 ou 2015 ? Le courage ne lui manque pas !

Jeu par équipe pour la St FabienJANVIER 2013 : Du 7 au 13, le P. Lobet, prêtre de Tournai (Belgique), grand admirateur de Marie-Noël, prêche notre retraite annuelle. Le 17, rencontre avec les aumôniers de la Maison d’arrêt de Reims ; ils nous parlent de leur passionnant et difficile ministère auprès des détenus. Le 23, nous accueillons à la réunion du soir, Hélène, volontaire d’ATD Quartmonde, qui vient de passer 5 ans en Égypte. Les 27 et 28, nous fêtons Mère Prieure sur le thème : « le livre, la lecture... » un petit montage maison partage aussi ce que chacune vit au niveau de la Foi, en cette année de la Foi. Sr Clémentine de Koubri (Burkina-Faso) et Sr Laetitia de Toffo (Bénin) arrivent parmi nous en vue de participer à la formation Ananie (pour les formateurs des monastères) organisée par notre Congrégation en partenariat avec d’autres bénédictins et cisterciens.

Mère FabienneFÉVRIER : Le 2, messe d’action de grâce pour les 25 ans de profession de Mère Prieure. Du 4 au 9, session propédeutique du STIM (Studium Théologique Inter-Monastères) pour 24 frères et sœurs. F. Jean-Louis (Pierre-qui-Vire) nous fait profiter de son cours sur Vatican I.

MARS : Le 2, nous lisons le Psautier intégralement avec les hôtes, les lecteurs se succèdent au pupitre, mais nous n’arriveront pas au bout des 150 psaumes au terme de la journée ; peu importe, l’expérience est riche. Du 23 mars au 8 avril, le groupe Ananie (25 participants avec les accompagnateurs) renforce notre communauté, et nous aurons de ce Jeudi Saint le lavement des piedsfait un superbe Triduum pascal avec le Père André-Jean, Abbé émérite d’En-Calcat.

Soeur WandrilleAVRIL : Le 15, Mère Prieure va à Saint-Saulve (maison des Ursulines) pour fêter les 95 ans de Sr Wandrille. Le 28, Sr Germaine fête ses 70 ans avec sa nombreuse famille.

MAI : Du 14 au 16, F. Benoît- Marie, osb, (Belloc) nous donne une session sur la Constitution conciliaire sur la Liturgie, « un document dépassé ou plein d’avenir ? » Occasion aussi de réfléchir avec lui notre pratique liturgique. Le 30, Marie-Pierre Lafitte-Pochat, ancien conservateur des manuscrits anciens à la Bibliothèque Nationale, nous fait découvrir l’Évangéliaire d’Ebbon, un des joyaux de la bibliothèque d’Épernay.

JUIN : Le 4, arrivée de Sr Bénédicte de Toffo : les liens entre nos deux communautés demeurent bien vivants. Après elle viendront Mère Marie-Reine et Sr Myriam.

Frères et soeurs VietnamiensJUILLET : Les frères et soeurs vietnamiens en études en France et à Rome passent une semaine chez nous pour partager sur leur vécu et réfléchir sur leur vie monastique. Le 11, sortie communautaire à Ventelay chez des amis qui ont fait de leur jardin un petit « paradis terrestre », mais pas de serpent ; rassurez-vous, même Sr Beata et Sr Vincent sont de la partie !

AOÛT : Le 6, rencontre avec le P. Vincent Di Lizia, en l’honneur de son jubilé sacerdotal, il nous partage son expérience pastorale. Le 13, Sr Brigitte-Marie s’envole pour son monastère de Koubri, afin d’y fêter le cinquantenaire de la fondation. Après un an et demi de soins, elle est dans la phase de surveillance et nous reviendra en octobre.

SEPTEMBRE : F. Renaud, prieur du monastère de Wavreumont (Belgique) nous donne deux jours de récollection sur la Règle de saint Benoît. Le 15, passage du P. Abbé de Solesmes et du P. Abbé Président de la Congrégation Helvético-américaine, ils rencontrent la communauté et concélèbrent la messe dominicale. Le 12, Sr Marie-Samuel nous quitte pour une année sabbatique. Cela entraîne quelques changements dans les emplois ! Le 21, entrée au postulat de Marie-Charlotte après plusieurs semaines de marche vers Compostelle et en Terre Sainte. Sr Agathe recommence une année à l’Institut Supérieur de Liturgie. Avec Sr Marie-Anne, elles poursuivent leur insertion bénédictine.

Soeur CatherineOCTOBRE : Le 7, jubilé de 70 ans de profession de Sr Wandrille et de 50 ans de Sr Catherine. Une petite délégation va à St-Saulve auprès de Sr Wandrille. Le 22, conférence du Père Collignon sur le Concile Vatican II pour stimuler notre travail communautaire et personnel sur le sujet. Le 30, Odette Sarda, dominicaine, nous donne une session sur les sacrements de l’Initiation chrétienne. Tous ces mois, nous prions avec nos sœurs qui accompagnent leurs familles dans le deuil (frère de Sr Catherine, de Sr Sophie, de Sr Thérèse, maman de Sr M-Anne)

NOVEMBRE : Le jeudi 7, Sr Vincent a un malaise qui se révèle très grave et irréversible ; après une journée de coma, elle s’éteint paisiblement dans la nuit du 9.

Mgr Bruno FeilletLe 12, Mgr Bruno Feillet, le nouvel auxiliaire du diocèse, est des nôtres avec la session des jeunes prêtres de la Province.

Le 18, très heureuse rencontre avec le Conseil municipal de Saint-Thierry. Le conseil municipal 2013

Sr Jean-Marc

Économie et économies

Du côté de l’entretien, nous commençons une vaste réfl exion pour essayer d’avancer dans deux directions. D’abord : comment faire des économies d’énergie ? Fuel, électricité, eau pèsent lourd dans notre budget, sans parler des répercussions pour la planète. Et puis le quotidien montre que malgré nos vastes bâtiments certaines pièces nous manquent : des parloirs, et une grande salle à l’hôtellerie, des pièces de réunion ou de travail en communauté. 2013 a vu le changement de toutes les menuiseries extérieures d’un bâtiment : la réduction des échanges de chaleur entre dedans et dehors est sensible, tant en hiver qu’en été, d’ailleurs. Quelques panneaux solaires pour la production d’eau chaude sanitaire ont été mis en place. Une réflexion d’ensemble est nécessaire pour défi nir précisément ce que nous voudrions faire. Et, sachant que nos finances ne nous permettrons pas de tout réaliser dans l’immédiat, voir les priorités. Un regard extérieur est souvent bienvenu, et pour des projets très techniques, le conseil d’expert devient nécessaire. Un des premiers constats est que nous pourrions sûrement mieux utiliser l’espace dont nous disposons, ce qui confirme notre intuition première de ne pas se lancer dans des constructions. Quelques rangements ont déjà commencé, en particulier lors de la « journée coup d’main » de novembre... Place maintenant à l’imagination (réaliste !) pour trouver les bonnes idées pour réorganiser nos lieux. En acceptant peut-être de réorganiser au passage quelques manières d’être installée, de faire... Bien des débats communautaires s’annoncent... pour un mieux vivre ensemble ! Grand merci à tous ceux qui nous aident, en partageant leur temps, leurs compétences, ou leurs fi nances pour tous ces travaux, comme pour le jardin ou l’épluchage, d’ailleurs... Une fois encore, nous sommes confondues par tant d’amitié prévenante !

Sr Marie-Dominique

Ces quelques nouvelles disent un peu de ce que nous avons vécu tout au long de l’année avec les uns et les autres. Il y aurait encore bien d’autres choses à partager, dont nous rendons grâce ou encore pour lesquelles nous implorons le secours de Dieu. Cela nous donne le goût pour avancer sur les chemins que Dieu trace pour nous et avec nous.

Cela nous donne le goût de reconnaître sa présence en ce monde, et de décrypter les signes de ce temps, ce temps si loin de Dieu, et dont Dieu est si proche. Avec Lui, avec l’Église, nous voulons être proches de tous ceux qui croiseront notre route cette année, ici-même en notre monastère, et par les moyens qu’Il nous donnera pour être en amitié avec les lointains… Que cette paix que nous cherchons soit notre partage tout au long de l’année, En fraternelle amitié,

Sœur Fabienne et vos sœurs Bénédictines de St-Thierry

PDF - 205.4 ko
La Lettre aux Amis à télécharger
 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales