Bénédictines de Sainte Bathilde

Marie : l’Annonciation

vendredi 20 mai 2011

TEXTES A MEDITER :

- Luc 1, 26-38 « L’Annonciation »
- Isaïe 62, 1-9 « Splendeur de Jérusalem »

Luc 1,26-38 « L’Annonciation »

Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth, à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie. Il entra et lui dit : « Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi. » A cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation. Et l’ange lui dit : « Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu concevras dans ton sein et tu enfanteras un fil, et tu l’appelleras du nom de Jésus. Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n’aura pas de fin. » Mais Marie dit à l’ange : « Mais comment
Cela sera-t-il puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Elisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu’on appelait la stérile ; Car rien n’est impossible à Dieu. »Marie dit alors : « Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole ! »Et l’ange la quitta.

Ecoutons le Père Lagrange :
« Qui douterait que le soir même, si cela était exigé par les soins courant du ménage, Marie n’ait repris sa cruche pour aller à la fontaine, la dernière plutôt que la première à se servir ? »

Le sens de « Pleine de grâce » est comme un nom que l’ange donne à Marie. Origène dira : « Ce sont des termes nouveaux que je n’ai pu trouver dans toute l’Ecriture ». Ce nom signifie « Objet de toute complaisance » On peut le rapprocher de Isaïe 62 lorsqu’il s’adresse à Jérusalem. En effet ce texte résonne comme une annonce du salut avec toutes les harmoniques et les symboles propres à cette annonce dans le N.T. : La vierge, l’épouse, le plaisir de Dieu en celle qui dit « fiat », le vin, le blé (pain), la louange dans les « Parvis Sacrés ».

Isaïe 62, 1-9 « Splendeur de Jérusalem »

A cause de Sion je ne me tairai pas, à cause de Jérusalem je ne me tiendrai pas en repos, jusqu’à ce que sa justice jaillisse comme une clarté, et son salut comme une torche allumée. Alors les nations verront ta justice, et tous les rois ta gloire. Alors on t’appellera d’un nom nouveau que la bouche de Yahvé désignera. Tu seras une couronne de splendeur dans la main de Yahvé, un turban royal dans la main de ton Dieu. On ne te dira plus délaissée : « Délaissée » et de ta terre on ne dira plus : « Désolation ». Mais on t’appellera : « Mon plaisir est en elle » et ta terre « Epousée ». Car Yahvé trouvera en toi son plaisir, et ta terre sera épousée. Comme un jeune homme épouse une vierge, ton bâtisseur t’épousera. Et c’est la joie de l’époux au sujet de l’épouse que ton Dieu éprouvera à ton sujet… Yahvé l’a juré par sa droite et son bras puissant : « Je ne donnerai plus ton blé en nourriture à tes ennemis, les étrangers ne boiront plus ton vin, le fruit de ton labeur, mais les moissonneurs mangeront le blé et loueront Yahvé, les vendangeurs boiront le vin, dans mes parvis sacrés.

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales