Bénédictines de Sainte Bathilde

Méditation avec Sainte Cathérine de Sienne

lundi 22 mai 2017

Prêtres, prions, priez...

"A quel signe reconnaître la foi vive qui fait parvenir à l’amour de Dieu, l’amour pur et libre"

-  A la persévérance dans la vertu,
-  A l’application continuelle à la sainte oraison, quoiqu’il arrive ; car, à moins que l’obéissance ou la charité n’en fassent une obligation, l’on ne doit jamais quitter l’oraison.
Il n’est pas rare en effet, que le démon choisisse de préférence le temps de l’oraison, pour tourmenter l’âme et lui donner l’assaut...
Il cherche ainsi à lui inspirer l’ennui de la sainte prière. Cette oraison ne te vaut rien, lui souffle t-il souvent ; car dans la prière tu ne dois pas penser à autre chose, qu’à ce que tu dis.
Le démon lui insinue de semblables idées pour lui donner du dégoût, jeter la confusion dans son esprit, et l’amener à abandonner l’exercice de l’oraison.
Car l’oraison est une arme avec laquelle l’âme se défend contre tous ses ennemis, quand est elle est tenue de l’amour et brandie par le bras du libre arbitre, dirigé par la lumière de la très sainte foi.
-  Les Clercs et religieux ont l’obligation de réciter l’office divin. S’ils ne le disent pas, ils m’offensent...Si à l’heure consacrée à cette récitation, ils sentent leur esprit attiré et élevé par le désir, ils doivent prendre leurs dispositions pour le dire avant ou après ; jamais, ils ne peuvent manquer à ce devoir de l’office. Ils doivent s’appliquer en tout temps à l’oraison mentale comme à l’oraison vocale.

Avec Sainte Cathérine de Sienne : la grâce de la miséricorde

Avec Sainte Cathérine de Sienne : demander la miséricorde ...

Avec Sainte Cathérine de Sienne : Miséricorde pour l’Eglise

Avec Sainte Cathérine de Sienne : prions pour l’Eglise

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales