Bénédictines de Sainte Bathilde

Nouveau billet : Quelle obole ?

samedi 6 juin 2015

Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes.
Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie. Jésus appela ses disciples et leur déclara : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres.
Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. »


Difficile d’entendre de tels mots, quand on est déjà du côté de ceux qui partagent de leurs biens ! Il faudrait toujours plus ? Oui et non !

Jésus regarde le "comment" et non la quantité. "Il regardait comment la foule y mettait de l’argent."

Interrogeons-nous donc sur le comment nous faisons.
Comment Jésus peut-il savoir que cette pauvre veuve a donné tout ce qu’elle avait pour vivre ? Dans sa manière de donner.
L’être humain peut encore se posséder, même en donnant tout...
C’est le regard d’un autre qui soutient et authentifie le don désintéressé, le don gratuit, celui qui ne compte pas, qui ne cherche ni gratification, ni mérite, ni calcul, ni autojustification, ni dédouanement. S’agit-il simplement d’un don, d’un partage, d’une obole qui peut aller jusqu’à tout donner, jusqu’à se donner ?

Ne cherchons pas à susciter l’admiration des autres, mais laissons notre coeur s’ouvrir aux autres, simplement, au regard des autres, en les regardant et non sous leur regard, par peur d’être jugés :

Sous le regard de Jésus,
mettons notre coeur à l’unissons du sien,
nos yeux, nos mains s’ouvriront,
notre vie basculera !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales