Bénédictines de Sainte Bathilde

Prologue (v1 - v38)

dimanche 11 avril 2010

Construire sur le Roc

Voilà l’œuvre à laquelle le Seigneur nous appelle, aujourd’hui dans notre relation à lui que dans nos relations aux autres.
Construire sur le Roc, qu’est-ce que cela signifie dans notre monde actuel ?
Notre monde construit et se construit sur des compétences, sur des coups de cœur, sur des appels d’offre, sur l’intuition, sur le senti, mais encore sur le nécessaire, celui d’avoir un travail, coûte que coûte pour remplir le réfrigérateur ou rembourser les emprunts…
Construire sur le Roc de la Parole écoutée, méditée et mise en pratique est-il bien raisonnable ?
Osons un instant de vérité décapante…
Non, nous n’en sommes pas totalement convaincus sinon, nous n’aurions pas tant de mal à trouver un moment pour lire, méditer, la Parole ; un moment pour prendre du recul et poser nos choix en cohérence avec cette Parole, avec notre engagement à vivre dans la mouvance de la Règle de saint Benoît…
Choix déraisonnable, un peu fou donc, c’est pourquoi Dieu nous devance sur le chemin ! Il a lui même bâti sa maison sur le Roc, il a choisi Pierre et les apôtres pour construire sa demeure parmi les hommes. Il nous devance et choisit de faire de nous sa Maison, sa demeure, maison bâti sur le Roc, celui de notre Baptême, celui de la mort de son Fils, celui du grand souffle de l’Esprit ! Oui, le vent peut bien souffler, le monde peut bien nous bousculer, nous engloutir par moment, notre maison, c’est Dieu !

Mais alors dans nos relations avec les autres ? Quel est le roc sur lequel construire ? Bien souvent nous choisissons du sable, faute de courage, faute de discernement, faute de recul.
Nous vivons alors de vrais écroulements, de vrais échecs, et nous ne savons pas d’où ils viennent, ni comment les éviter, ni comment nous relever. Nous avons oublié que le roc de toute relation est d’y mettre d’abord la pierre angulaire, qu’est le Christ !
Dans toute relation, il est le troisième, silencieux, invisible, mais présent !
Sa présence transforme notre sable en roc, si nous sommes attentifs pour découvrir en l’autre, le frère, la sœur, pour lequel, laquelle Christ est mort, et en qui il a fait sa demeure. Il peut nous paraître bien défiguré, bien malade, ou même prisonnier, mais justement, il est là en celui avec qui nous avons à vivre.
C’est d’abord Dieu qui patiente avec nous !
Que ce jour soit illuminé de sa Présence pleine de tendresse qui peut tout, et bien au-delà de tout ce que nous pouvons demander et imaginer : il peut transformé nos relations blessées en roc d’amitié, en roc d’éternité !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales