Bénédictines de Sainte Bathilde

Retraite des Oblates 2012

mardi 11 septembre 2012


La retraite des Oblates du monastère de Martigné-Briand a eu lieu du 16 au 20 Mai 2012.
Cette année ce fut un dominicain, le P. Jean-Pierre BRICE OLIVIER du Couvent de l’Annonciation à Paris, qui accompagna nos oblates pour leur retraite annuelle. La retraite débuta après les 1ères Vêpres de l’Ascension sur le thème : HABITER LA TERRE.

Nous avons recueilli quelques « miettes » de cette retraite qu nous partageons ici.

« Habiter la terre », c’est être chez soi ! et chez soi partout et n’être étranger pour personne. Habiter la terre signifie, habiter dans notre chair. C’est cela l’incarnation, et c’est suivre ce Jésus incarné. Habiter dans notre chair est sans doute le plus difficile nous rappela le père Jean-Pierre … car nous sommes face à notre réalité et souvent cette réalité est lourde et nous nous en évadons … Ici la chair c’est l’humain, ce qui constitue l’être, la personnalité etc. … la « chair » est vue ici sous l’angle de saint Jean (vision positive) et non de st Paul dont la vision est plutôt négative. Notre chair n’est pas un obstacle à notre relation à Dieu, c’est même le contraire ! La quête de l’Absolu ne peut se faire au détriment de l’humain ; nous sommes toujours dans l’incarnation.
Le père a insisté sur l’importance de la prière des psaumes, ces « cris » ces « louanges », ces bénédictions » qui sont les nôtres.
Plusieurs thèmes furent abordés en rapport de avec cet « être de chair » que nous sommes :
La peur : nos peurs … nous en avons beaucoup ! peur de ne pas être aimé, peur de notre avenir, peur de vieillir, peur de ne pas correspondre, peur de soi, peur de parler, … etc. …
Quel esclavage ! 1Jn 4, « Il n’y a pas de crainte dans l’amour ». Comprenons que nous sommes des êtres absolument libres ! Nous sommes sauvés par le Christ et donc, qu’est-ce qui pourrait nous arriver ? .. la mort elle-même est déjà derrière nous ! Il y aura bien sûr « le passage », mais çà ne sera pas si terrible … ce sera comme notre naissance !… Il ne faut pas s’inquiéter … car au fond c’est plutôt l’inconnu qui nous impressionne ! la peur nous rétrécit ! alors que la liberté de l’Esprit nous déploie !
La joie : Mathieu 5 : les béatitudes … « heureux ». Pas d’héroïsme exceptionnel, mais vivre notre quotidien. Ne sommes nous pas fondamentalement heureux ?
La Liberté : La vérité vous rendra libre ; elle est le plus authentique ; et dans la foi chrétienne la vérité est une Personne : le Christ : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ». Le Fils vous rendra libre !
Libre, çà veut dire quoi ? chaque vivant est unique ; le vivant selon Dieu, est libre de tout ! : libre du monde, libre des autres, libre de ses origines sociales, libre de ses racines, libre de son histoire, car ce n’est pas fatal, il faut sortir de son histoire ! Nos racines sont au ciel !
Les richesses que nous avons ne nous déterminent pas. Il faut être libre de sa famille ! … et … libre de Dieu ! libre de dire non à Dieu car Dieu ne s’impose pas ! et combien de gens disent non à Dieu … Il nous laisse libre ! Et pourtant la vraie liberté est un don, un bien qui ne se prend pas !
Le désir : … dans ces désirs, on veut l’autre toujours « autre » qu’il n’est ! … et ceci surtout dans la vie religieuse ! « Le cœur c’est la foudre, on ne sait où elle tombe que quand elle est tombée » disait avec justesse, le dominicain Lacordaire ! Il y a des cœurs qui ont toujours besoin d’un objet à aimer … Que faire des blessures qui sont en moi ? Ne pas en avoir peur ! Les regarder pour les apprivoiser. Ne soyons pas sévère avec nous, car Dieu ne l’est pas. Et plus l’âge avance, et plus il nous faut être doux avec nous-même … L’Incarnation est un travail à plein temps !
La solitude : Lecture du psaume 4 « car tu me donnes d’habiter seul dans la confiance ». La solitude c’est un deuxième baptême, selon st Bernard de Clervaux ; un lieu de mort et de résurrection ; c’est cela le baptême. Pour Marguerite Duras, la solitude est toujours accompagnée de folie…. et cela peut arriver ! La solitude est une vérité inscrite chez tous les humains dès la naissance. Il y a une différence entre solitude et isolement. Pour moi, la solitude est irremplaçable et positive, alors que l’isolement est dangereux et négatif.
La solitude est le premier lieu de la connaissance de soi-même, de la liberté. « L’homme se fait en dedans de lui et non en dehors ou dehors » (dit Lacordaire). La solitude fait exister soi. Si non nous nous évitons et nous restons dans quelque chose de superficiel. Et cela nous rend aimable, vivant, permet la rencontre, la communication. La solitude conditionne soi mais aussi nous aide à connaître les autres ; c’est en descendant au fond de nous-même que nous rejoignons l’universel … c’est l’expérience des artistes et des moines. La solitude favorise l’accueil des êtres, de tout ce qui nous entoure. La solitude est indispensable à la vie spirituelle ; et ce n’est pas une tranquillité égoïste, c’est quelque chose qui est ouvert, et il nous faut aimer et préserver notre solitude. Plus nous habitons notre solitude et plus elle prend de la place et nous distance de façon juste des autres. Car on a besoin de cette solitude !
La pauvreté : 2 Cor 4,7 et ss « ce trésor nous le portons dans des vases d’argile, pour qu’on voie bien que cette extraordinaire puissance appartient à Dieu et ne vient pas de nous …. ». La pauvreté est l’adéquation à l’Incarnation. Dieu renonce à lui-même, à ses prérogatives. Il s’incarne, il s’enfouit dans les terres des hommes, puis il se fait serviteur. Pour l’homme, Dieu ne cesse de s’abaisser, de s’humilier. Faire choix de la faiblesse c’est faire le choix du Christ.. Notre vie prêche la Croix. Faire le choix de l’impuissance c’est le mouvement de la kénose … Dieu s’abaisse pour se mettre plus bas que l’homme.
La souffrance : … La souffrance n’est pas en soi-même rédemptrice ! Je donne à Dieu ma souffrance.
C’est Jésus qui sauve, mais pas sa passion ! et pas sa croix seulement ; c’est toute la vie du Christ qui sauve ! … « tout » faisant partie de la vie !
Bien sûr que tout le monde « en bave » ! mais en faisons nous quelque chose pour la vie ?
Rm 8,16 « J’estime en effet que les souffrance du temps présent ne sont pas à comparer à la gloire qui doit se révéler en nous ». …
Les humiliations se transforment en hauteurs ! Verser son sang chaque jour, c’est bien la coupe que nous buvons ! Le martyr, la palme du martyr, c’est offrir notre vie pendant 90 ans jour après jour …Consentir au martyr, et donner sa vie est équivalent !
Se mettre devant le Saint Sacrement deux ou trois fois par jour, ce n’est pas suffisant , il faut donner sa vie ! Dieu ne réclame aucune rançon ! et ne désire pas que son Fils aille au « casse pipe » pour le rachat ! Non ! C’est le mal qui réclame la rançon du bien ! A l’Eucharistie, nous entendons « …versé son sang en rançon pour la multitude » … Dieu ne réclame pas son sacrifice, il ne réclame pas le sacrifice de son Fils. Dieu n’est pas un ennemi ! Ne nous trompons pas d’ennemi ! Les hommes ont chassé Dieu de la création ! Non, Dieu n’a pas chassé l’homme du Paradis, je ne le crois pas ! C’est l’homme qui chasse Dieu. Dieu a essayé de se révéler par les prophètes etc. … et çà n’a pas marché ! Alors Il s’est incarné ! et çà ne marche pas … puisqu’ils le tue ! A la Croix où est Dieu ? … Remarquons … « le rideau du temple se déchira » … Dans la tradition juive, quand le rideau du Temple se déchire, on dit que Dieu s’absente ! il part !... Dieu s’absente pour que le Fils soit totalement libre ! Pour que cet acte du don du Fils soit libre ! Dieu s’absente parce qu’Il ne peut pas assister à ce massacre ! et en même temps Dieu n’a jamais été aussi proche de son Fils ! …

Nous avons terminé la retraite avec le thème de la compassion et de la miséricorde, douce fin pour des oblates du monastère Notre Dame de Compassion !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales