Bénédictines de Sainte Bathilde

Variante du "Chemin" Mont St Michel à St Jacques de Compostelle par le Monastère

lundi 21 avril 2014

Variante de la voie des Plantagenêt qui passe par le monastère de Villeneuve

De Saint Michel à Saint Jacques en passant par Saint Benoît :

JPEG - 8 ko
St Michel

JPEG - 17.1 ko
St Benoît

JPEG - 10.7 ko
St Jacques

Compostelle Anjou à son site que vous pouvez consulter et trouver des photos :
- >site

indications au long du chemin

plans du chemin

VARIANTE VERS LE MONASTERE DE VILLENEUVE

VOIE DES PLANTAGENET

Une variante a été créée au niveau des étapes 11 et 12 du guide "Le chemin du Mont-Saint-Michel-Voie des Plantagenêt". Elle quitte la voie principale peu après Brissac et elle la retrouve à Rochemenier. Elle permet au pèlerin de bénéficier d’une halte spirituelle chez les bénédictines du monastère de Villeneuve, sur la commune de Martigné-Briand. Il est demandé de réserver à I ‘avance auprès de l’hôtellerie du monastère.

Cette variante comporte un passage, par des voies communales, dans la forêt de Brissac qui est une propriété privée. Il est demandé au pèlerin de rester sur les sentiers et de ne pas s’aventurer dans la forêt afin de respecter les animaux et les lieux’ Le chemin peut être très boueux ou recouvert d’eau après de fortes pluies ou en période hivernale’.

Les chasses à tir ont lieu le jeudi et le dimanche de la mi-septembre jusqu’au 28 février. Il est alors impératif de rester sur les chemins communaux. De la mi-septembre au 31 mars, des chasses à courre sont organisées le mardi et le samedi.

HEBERGEMENT Monastère des Bénédictines. Accueil possible selon disponibilités. Prévenir quelques jours à l’avance. Carnet du pèlerin obligatoire. Possibilité de demi-pension. Tel : 02 41 59 45 66 (hôtellerie) Email : hotellerie-martigne@wanadoo.f r

SERVICES Pour la première étape, ravitaillement possible à Thouarcé : Nombreux commerces et services. Pour la deuxième étape : possibilité d’accéder aux commerces et services de Martigné-Briand (épicerie tous les jours sauf le mercredi, boulangerie, pharmacie, banques)

PATRIMOINE

Château des Noyers  : Château-domaine viticole de la vallée du Layon. Le château, de la fin du 16e siècle, conserve quelques éléments architecturaux médiévaux, dont les communs du 15e siècle. Deux tours cantonnant les communs ont été transformées en pigeonnier et en chapelle. La basse-cour avec auditoire de justice et maisons rurales des 16e et 17e siècles longe le flanc est de l’enceinte fortifiée.

Polissoir des Grouas : Le bloc de grès présente trois rainures et plusieurs cuvettes ovales et artificielles. Il servait au Néolithique à polir les haches de silex ou d’autres pierres dures.

La pierre levée des Grouas ou Palet de Gargantua. Ce menhir en grès mesure près de trois mètres de haut. De nombreux silex taillés ont été trouvés à proximité.

Chapelle et fontaine Saint-Martin. Une légende dit que le cheval de Saint-Martin fit jaillir la source. La chapelle fut édifiée au XVIe siècle. L’endroit fut un lieu de pèlerinage très fréquenté. L’eau de la fontaine passant pour calmer les fièvres, on y trempait les chemises des malades.

Monastère des Bénédictines au village de Villeneuve. La Barre

Château de Villeneuve. Villa nova était un domaine foncier gallo-romain. Bâti dans une enceinte fortifiée préexistante, le manoir garde pour l’essentiel sa structure du XVe siècle, malgré des remaniements postérieurs. L’ensemble présente les caractéristiques des résidences seigneuriales construites peu après la fin de la Guerre de Cent Ans, qui allie système défensif et architecture d’agrément pour la demeure : on note le châtelet fortifié, avec son porche du XIVe siècle à double ouverture, dont la facture est très soignée et sur la façade du logis, les vestiges de l’ordonnance typique des manoirs ruraux de cette époque. Les bâtiments agricoles occupent l’emplacement des murs d’enceinte et s’organisent autour d’une cour. Le corps de logis, édifié sur des caves voûtées plus anciennes, pourrait remonter au XVe siècle. Il est pourvu d’une tour d’escalier octogonale, conserve des cheminées XVe siècle et des grilles de fenêtres de la même époque, il a été remanié au XVIIème siècle.

Château de Martigné-Briand. Une première forteresse, aujourd’hui disparue, avait été construite au XIIème siècle entre le château actuel et l’église par Brient de Martigné, premier seigneur connu en 1152, connétable de Geoffroy Plantagenêt. De cette époque médiévale, il ne reste que les souterrains et le petit clocher de l’église de style roman. Au XVème siècle, René de la Jumellière, enrichi par les campagnes d’Italie avec Charles VIII, fit édifier le château actuel sur l’ancien donjon carré du XIIème siècle, Les seigneurs de la famille de la Jumellière font entourer la ville de murailles et agrandir le château. Le château arbore de superbes éléments architecturaux de l’époque du gothique flamboyant et de la Renaissance. Les tours rondes ornées de fenêtres à meneaux finement sculptées et les voûtes des oratoires sont un splendide-témoignage d’art renaissant. Charles de Cossé Brissac maréchal de France, fait transformer le porche d’entrée à la fin du XVIème siècle.

Eglise de Brigné. L’Eglise Saint-Aubin a été construite au XIème siècle et a subi des transformations au cours des siècles. La façade sud et sa porte sont du XIème siècle, le chœur avec ses trois ouvertures étroites et hautes date de la fin du XIIème siècle. La chapelle sud est construite au XVIème siècle. Le clocher, détruit en 1793 est reconstruit en 1847.

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales