Bénédictines de Sainte Bathilde

de l’humilité : chapitre 7, 10-18

samedi 25 août 2012

Le premier échelon de l’humilité pour un moine, qui a toujours devant les yeux le respect confiant envers Dieu, c’est de fuir absolument l’oubli. Il se rappelle à tout moment tout ce que Dieu commande.

Benoît a puisé dans la tradition l’image de l’échelle pour dessiner l’humilité. Echelle qui n’est pas simplement à regarder, mais à gravir pour nous en commençant par le premier échelon. Le premier barreau de l’humilité concentre tous les autres, comme la porte donne accès à toute la demeure, le premier barreau ouvre l’accès au Christ, Echelle qui mène au Père.
Comment mettre le pied et donc le corps et donc notre vie sur ce premier barreau qui peut nous paraître inaccessible... comment ne pas vivre dans l’oubli de Dieu ? Comment vivre en présence de Dieu ?

De tout temps, les passionnés de Dieu ont cherché à fuir l’oubli, à vivre en présence, l’instant présent, la prière continuelle, l’union, la contemplation... Quel que soit le nom donné par les mystiques, il s’agit de ce premier échelon de l’humilité que Benoît décrit si simplement... en vrai passionné de Dieu, en vrai mystique ! Nous qui sommes à son école, écoutons ce qu’il nous apprend et faisons tout simplement les exercices qu’il propose.

Comment avoir toujours devant les yeux la présence de Dieu ?
La création est œuvre de Dieu, toute créature est don de Dieu, de la plus petite fleur à la personne qui m’agace... Pouvoir dire en regardant une pâquerette, le ciel, un enfant, une personne âgée, un ami, son conjoint, son enfant, sa sœur : « tu es là ! » Oui, Dieu est là au cœur de nos vies et poser l’acte de foi en le disant, en le chantant, en bénissant est un premier exercice de joyeuse humilité ! Mais qui demande de la persévérance... Pour certains d’entre nous, cet acte de foi n’est pas évident du tout... pour d’autres ce chemin est comme naturel.

Là où nous en sommes aujourd’hui, posons le plus souvent que nous y pensons cet acte de foi : « tu es là » ! Premier pas vers la prière du cœur, la prière de Jésus... Reconnaître Jésus dans la personne rencontrée quelque sentiment que nous ayons pour elle, n’est-il pas entrer dans la vie de Dieu par la porte étroite et gravir avec la force de l’Esprit le sentier de la vie ?
Chaque pas réjouit le cœur de Dieu, « un pas à la fois » nous murmure l’Esprit. Or Benoît dirige notre exercice en un lieu bien précis, nos pensées.
Le lieu caché, enfoui, la caverne obscure d’où naissent nos pensées, est bien ce premier échelon sur lequel nous avons à monter... comme un cavalier monte son cheval ! Comment sommes-nous maîtres de nos pensées ? Maître alors de nos sentiments, de notre volonté, de notre corps ?
Comment en bons cavaliers, dressons-nous nos pensées pour qu’elles nous mènent sans détours, sans mal, sans erreurs à la suite du Christ ? Nous sommes trop souvent menés par nos pensées.
Le premier degré de l’humilité nous offre cette lumière, ce temps de discernement, cette découverte de nos mécanismes intérieurs, mécanismes proprement humains, psychologiques, psychiques. Or, l’Esprit apporte un nouvel éclairage, Dieu est présent en ce lieu, en ces mécanismes, au plus profond de nous, non pour nous juger, nous empêcher de vivre, mais au contraire pour habiter ces forces vitales, et les transfigurer. C’est de l’intérieur que l’Esprit travaille nos pensées si nous lui ouvrons la porte de notre cœur. Il vient comme irriguer notre vie et nourrir nos pensées de la Pensée de Dieu. Il vient semer en nous la Parole. Murmurer un verset de la Parole, le mâcher pour en extraire le maximum de saveur, de goût, de force, autre manière de vivre sous le regard de Dieu, en Dieu. L’Esprit nous fait respirer Dieu, et insensiblement passer en Dieu. « Si le Seigneur connaît les pensées de l’homme », par l’Esprit donné, l’homme connaît le Père, dans le Fils ! (Mt11 et Ga 4).

Nous sommes fils de Dieu, héritiers de Dieu. La foi renouvelée nous donne vraiment d’entrer dans la Présence de Celui qui nous fait entrer dans sa demeure : son être même, l’Amour ! En avant !

 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales