Participer
Accueil > Billet du jour > Rabbouni !

Rabbouni !

Imaginez la Une d’un journal en gros titre, ce matin : 

« Dis-nous , Marie, qu’as-tu vu ?« ,

suivie d’une page blanche
avec une seule phrase : 

j’ai vu le Seigneur !

En troisième page, écrit par le Seigneur : 

« Ne me retiens pas ! Va dire à mes frères ! »

Oui, vous avez rêvé car aucun journal n’oserait tirer trois pages « perdues » pas même notre presse engagée ! Trop de perte … 
Et pourtant, ces pages seraient-elles réellement perdues ? Perdues pour qui ? Perdues pour quoi ? Perdues… comme le prodigue et vivantescomme lui revenu à la Vie ?! Allons plus loin ! 

Toute notre foi vient de cette Parole de folie qui circule, percutante, essentielle, enracinée dans l’expérience de la mort. Avec une telle force et une telle puissance en elle qu’elle embrasse sans détruire et relève pour mettre debout qui lui ouvre sa porte. 

J’ai vu le Seigneur et voilà ce qu’il m’a dit ! Rien de tangible dans ces paroles d’une femme, qui plus est de mauvaise réputation… La foi chrétienne repose d’abord sur ce témoignage de Marie-Madeleine. On voudrait l’oublier, ce témoignage, on voudrait la faire taire, la Madeleine… L’Esprit souffle où il veut ! 

Voilà le temps pour nous laisser interpeler par la Parole de Dieu, par la bonne nouvelle de Pâques ! 

Notre foi ne tient qu’à cette parole, à ce témoignage, à ces moments où Jésus se montrent aux uns et aux autres, à ceux qui peuvent le reconnaître et le laisser aller ! 

Ils sont attachés à lui, certes, comme Marie, « dis-moi et j’irai le reprendre ! » Attachement à tel point qu’elle veut prendre le mort et pourtant, c’est le Vivant qui s’adresse à elle pour l’envoyer porter l’unique nouvelle qui devrait faire la Une de tous les journaux : 

La mort n’a pas le dernier mot !

« Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu ! » 

Quelle « Une » osera se payer le luxe d’un tel titre ? 
La « Une » de notre vie ! 
Allez, courrons vite, le cœur léger d’amour incorruptible !