Participer
Accueil > Vanves > Homélie ‘ll y a une virgule !’

Brèves

Vanves

Homélie ‘ll y a une virgule !’

6e dimanche du Temps ordinaire, année C, le 13 février 2022
Homélie de Mgr Jacques Turck au monastère Sainte-Bathilde de Vanves
Au cœur de chacune des béatitudes remonte à la surface un aspect sacrificiel de la vie humaine, inséparable de la Croix de Jésus.

C’était il y a bien longtemps alors que j’étais en mission au Mexique. J’étais en lien fréquent avec une communauté de trappistines venues de France pour fonder un monastère. Dans le Michoacán au milieu d’une forêt. Au début la clôture n’était pas encore de rigueur les religieuses visitaient les petits hameaux ou les fermes isolées… jusqu’au jour où de Rome est venue la demande d’instaurer la clôture… Lors d’une de mes venues après cette obligation, l’une des sœurs me demanda d’aller porter des médicaments à une vielle femme qui vivait seule en lisière de la forêt.

Je la trouvais accroupie devant sa cabane en train de trier ses haricots noirs – la nourriture de base des mexicains pauvres… Et tout à coup surgit un grand gaillard d’une vingtaine d’années. La vieille dame me dit alors :

 « vous voyez celui-là …, je l’ai trouvé abandonné dans la forêt… je l’ai élevé. Il avait besoin de moi, aujourd’hui c’est moi qui aie besoin de lui.»

Depuis, à chaque fois que je lis et relis ce magnifique poème des Béatitudes, cette rencontre me revient en mémoire.

Heureux les pauvres de cœur, le Royaume des cieux est à eux.

Chaque Béatitude peut être vécue par les uns ou les autres. Elle prend alors visage. Elle devient une lumière lancée sur l’avenir. L’avenir de la promesse de bonheur enfouie dans ces huit paroles pour l’éternité comme les appelle Gilbert Cesbron…

Mais avant de parvenir à cet horizon lointain, il y a une virgule qui sépare chaque béatitude en deux parts. Et sur laquelle il nous faut méditer

Heureux vous les pauvres – virgule– le Royaume de Dieu est à vous !

Heureux vous qui avez faim – virgule– vous serez rassasié

Heureux vous qui pleurez – virgule- vous rirez et ainsi de suite…

Avant de parvenir à cet horizon lointain, il y a une virgule à franchir !

De prime abord, il y a là une énigme :

            Comment peut-on être ..pauvre et heureux ?

                                               ..avoir faim et heureux ?

                                               ..pleurer et heureux ?

Une virgule qui semble couper l’histoire en deux :

Bienheureux aujourd’hui …. Demain ils seront….

Bienheureux ceux pour qui tout va mal…. Et demain le bonheur…

Personne ne forme le projet d’être pauvre pour être heureux, d’avoir faim, de pleurer, d’être persécuté et haïs … personne ne construit un tel projet de vie en pensant qu’il lui donnera le bonheur ! S’il en était ainsi, nous aurions raison de les trouver insupportables !

Mais justement ce n’est pas comme cela pour les saints qui donnent visage à l’une ou l’autre des béatitudes.

Ils ont osé franchir la virgule qui sépare chacune d’entre elles.

            Ils ont fait que demain soit aujourd’hui.

Par l’Esprit Saint qui habite en eux et les inspire . ils ont raccourci le temps…

C’est cela que vivait la vieille dame et ce jeune.Pour devenir Saints, ils ne se sont pas évadés de la condition humaine ! Au point de réduire la sainteté à un état de vie inatteignable…

Mais la virgule est toujours là !

Au cœur de chacune des béatitudes remonte à la surface un aspect sacrificiel de la vie humaine, inséparable de la Croix de Jésus. Ils ont franchi la virgule. Cette virgule est la Croix du Christ ! Et au cœur de la Croix se trouve l’Esprit-Saint.

Vous le savez bien : Rappelons-nous ce passage de la 1ère lettre de St Jean : (1 Jn 5, 6-8) L’Esprit, l’eau et le sang rendent témoignage . Où et quand ? Sur la croix lorsque la lance a percé le cœur de Jésus (il en sortit de l’eau et du sang) et Jésus remit son Esprit entre les mains du Père. Ce témoignage est rendu visible aujourd’hui par celles et ceux qui habités par l’Esprit Saint ouvrent leur cœur et leur existence pour le bonheur des autres.

Ils ont offert un plus de vie par le Souffle de l’Esprit Saint qui s’est immiscé en eux. Ils ont été investis de l’intérieur par l’Esprit Saint. Ils sont les signes incarnés de sa présence, lui qui est envoyé par le Christ. Autrement dit ils sont les signes visibles de l’incarnation de la « charité de Dieu ». De cela nous sommes les témoins, nous qui sommes investis par le même Esprit.

Dans la contemplation de la Croix surgissent deux méditations essentielles.

L’ouverture verticale de la croix qui met en lumière l’obéissance filiale de Jésus à la volonté du Père auquel il remet son Esprit en ce dernier moment de son existence terrestre.

et L’ouverture horizontale vers les êtres humains vers qui Jésus tend les bras et en qui l’Esprit Saint viendra produire des fruits de fraternité .

Chaque passage au-delà de la virgule nous ancre dans ce mystère.

L’Esprit Saint est à la croisée de ces deux mouvements.

En elle, est incluse ou montrée une souffrance d’amour. Ne l’oublions pas lorsque vous ferez mémoire à votre tour de celles et ceux qui ont franchi la virgule qui sépare la béatitude qui est la leur… et que vous identifierez. Ils sont passés par un sacrifice. La grande épreuve dont parle l’Apocalypse (7,14).

Seule une virgule pouvait ne pas marquer d’un point final chaque moment difficile de leur/notre existence. Leur litanie est longue : pauvreté, larmes, violence, injustice, malveillance et tant d’autres. Chacune des blessures du cœur.

Dans cette dynamique, la vie de l’homme s’harmonise avec la vie de Dieu, en passant par le don de soi mis en lumière en chacune des béatitudes.

Nous sommes tellement dans l’admiration de ce texte que nous ne percevons pas l’ombre et la lumière, la croix de Jésus et le feu de l’Esprit qui dynamisent chaque béatitude. C’est pour cela que ce texte d’une rare beauté poétique contient une grande exigence. : source d’eau … une eau de vie qui enivre et ouvre à la lucidité cruelle du texte.

Il y a là un appel à la modestie : il nous est impossible d’épouser toutes les béatitudes… choisissons-en une… celle qui vous parle le plus… celle à laquelle vous êtes le plus sensible.; épousez-là comme on épouse un pays… on ne peut vivre dans tous les pays à la fois. Elle fera l’unité de notre existence. Nous la ruminerons au long des jours ; pour en humer les odeurs, la beauté, les secrets, le dynamisme.

C’est de ce pays, c’est-à-dire de la situation de pauvreté qui vous touche d’une manière ou d’une autre que jaillira notre espérance … celle qui se profile au-delà de la virgule.

Vous découvrirez alors que chaque béatitude est une lumière qui éclaire le visage du Christ auquel l’Esprit Saint nous configure. Le Christ est le premier à avoir franchi la virgule de chacune des béatitudes. Il a vécu : pauvreté, faim, larmes, rejet, moquerie, persécution. Mystère pascal par où Jésus est passé.

Dans les visages des frères et sœurs qui ont parcouru ce chemin nous contemplons les fruits qui l’Esprit Saint leur donne de porter. Relisons-leurs aventures, elles nous disent que l’Esprit Saint à qui nous n’avons pas su donner figure humaine, vient à notre rencontre à travers ces visages…

Les autres actualités de la congrégation

Lectio Divina

Croquettes – Béchamel

Onzième pierre: L’HUMILITÉ