Participer
Accueil > Martigné-Briand > Nettoyage de l’église du Monastère de Martigné

Martigné-Briand

Nettoyage de l’église du Monastère de Martigné

Suite à l’appel fait, il y a quelques semaines, concernant le nettoyage de l’église vous devez vous demander ce qu’il en est.

Après mûres réflexions, un maçon a réalisé un échantillon très concluant qui ne laissait aucun doute sur le résultat final. Il s’agissait de se procurer des brosses métalliques pour frotter les pierres et des brosses en laiton pour frotter les parties enduites puis passer l’aspirateur sur les poutres.

Grâce aux prêts d’échafaudages, d’aspirateurs, nous nous sommes mis à l’œuvre.

Grâce, bien sûr, à de nombreux amis venus pour la journée, pour quelques jours ou pour la semaine, le travail a pu se réaliser dans les temps… c’est-à-dire pour la journée des amis, le samedi 4, et la messe du dimanche à laquelle nous rejoint une belle assemblée.

Je laisse la parole à ceux qui ont participé :

« Après quelques consignes, le travail est réparti selon les compétences de chacune et chacun :

Certains au ras du sol, d’autres perchés jusqu’à la charpente, et d’autres encore à frotter, frotter et frotter les murs, chaque pierre du mur, chaque centimètre carré de l’église. Chacun comptait, mais il y avait la force du groupe pour la motivation, la persévérance, la persistance, la patience.

Nous pouvons voir très nettement ce qui a été fait et ce qui n’a pas été fait. Certes la logique est que l’on commence par le haut et que l’on finisse par le bas ! Mais le peu d’échafaudages a fait que chacun travaillait là où il pouvait avec ce qu’il avait.

Il a fallu aussi retirer les traces de bougies sur l’espace du sanctuaire ! Plus on en enlevait, plus on en voyait ! Chacune y allait de son savoir et de sa manière de faire : alcool à brûler, vinaigre blanc, lessive St Marc… surtout pas de couteau qui laisse des traces noires !… et on grattait, et on grattait à genoux… Puis tout à coup une petite voix nous dit : « avec le vapo ça devrait partir. » Tout le monde se relève, et ô miracle, tout part avec l’aide de chiffons pour absorber la cire !

puis on frotte l’autel pour effacer la noirceur…

Pendant que certains frottaient, d’autres aidaient à la cuisine, à l’épluchage, à la préparation des pauses, à la mise du couvert. Il fallait tenir bon et reprendre des forces.

Grâce à la cloche qui appelait chacun à vivre l’office en toute liberté, nous pouvions nous poser et rencontrer le Christ dans la salle du chapitre transformer en oratoire pour la circonstance. Ce qui a été très apprécié pour l’intimité du lieu.

Nous avons vécu spirituellement et concrètement la fraternité, le partage avec des liens importants. Nous avons partagé la vie des sœurs et elles sont toutes venues à notre rencontre.

Cette belle expérience vécue avec beaucoup de joie, nous donne envie de répondre à un nouvel appel des sœurs, si besoin. »

Quelques autres réflexions :

  • « On dirait qu’on a ciré les poutres » (alors qu’il n’a été passé que l’aspirateur !)
  • « C’est plus lumineux » (le noir des murs étant retiré)

« Notre cœur n’était–il pas tout brûlant… pendant cette semaine ? »

Avec toute notre Action de grâce envers Dieu notre Maitre d’œuvre
et notre reconnaissance à tous ceux qui ont participé.

Les autres actualités de la congrégation

A la rencontre des Pères de l’Église

rencontre exceptionnelle des soeurs de Madagascar

Veillée de prière et d’action de grâce – 31 décembre