Participer
Accueil > Vanves > Nuit des veilleurs 2021

Vanves

Nuit des veilleurs 2021

Du 25 au 26 juin a eu lieu la 16ème édition de la Nuit des veilleurs qui rassemble des chrétiens du monde entier et sympathisants de toutes générations engagées dans la défense des droits humains.

Ensemble, portons la flamme de l’espérance en soutenant les victimes de la torture !

Victimes 2021

Cette année en 2021, les victimes d’injustices et de tortures que l’ACAT-France soutient sont mexicaines, chinoises, marocaines, égyptiennes, congolaises, camerounaises, burundaises.

Ils ou elles sont menacé.e.s, battu.e.s, emprisonné.es et mis.es au secret pour leur engagement politique, leurs convictions, leur volonté de défendre les plus démuni.es, coûte que coûte, et ce, au péril de leur vie et de celle de leurs proches.

Au Congo Brazza : André Okombi Salissa, candidat à l’élection présidentielle de mars 2016 a été condamné en 2019 à 20 ans de travaux forcés pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat » en fait pour son opposition à la nouvelle constitution permettant à Denis Sassou Nguesso de se représenter après 34 ans de pouvoir.

En Chine : Zhang Zhan : avocate et « journaliste citoyenne » elle a été une des premières à se rendre en février 2020 à Wuhan pour se rendre compte de la situation sanitaire. Son engagement pour la vérité l’a amenée en prison en mai 2020. En détention provisoire dès juin 2020 elle entame une grève de la faim pour protester contre sa détention. Fin décembre, très affaiblie par les mauvais traitements subis suite à sa grève de la faim elle a été conduite au tribunal en fauteuil roulant et elle a été condamnée à 4 ans de prison. Elle assure qu’elle n’a jamais été aussi déterminée.

En Egypte : Ramy Kamel : depuis la révolution de 2011, il défend le droit à la liberté de religion et documente les violations des droits humains perpétrées contre la communauté copte à laquelle il appartient. A la suite d’un rapport en 2019 sur les discriminations depuis l’arrivée du président Al Sissi, il a été arrêté fin novembre 2020. Sa détention est reconduite tous les 45 jours et depuis son arrestation, il est maintenu à l’isolement. Son état de santé s’est dégradé et ne reçoit pas de soins. En 2011 43 organisations et personnalités ont écrit un courrier à Joe Biden pour attirer son attention sur ce cas.

Au Maroc-Sahara occidental : Mohamed Lamine Haddi, militant sahraoui défenseur de la condition sociale et économique des sahraouis a été condamné en 2013 à 25 ans de réclusion après des aveux sous la torture. Il a commencé une grève de la faim en janvier 2021 pour attirer l’attention sur ses conditions de détention. Il souffre de paralysie partielle du côté droit et de pertes de mémoire. Malgré l’autorisation nouvelle de visites des familles sa mère n’a pu le voir et elle attend sur place.

Au Mexique : Kenia Ines Fernandez Montalvan, défenseure des droits humains, coordinatrice d’un mouvement d’agriculteurs qui défens le droit à la terre. Elle a été arrêtée 3 fois en 2020 sur de fausses accusations pour transformer en infractions pénales ses revendications et activités pacifiques en faveur des communautés paysannes. Depuis octobre 2020, elle est détenue dans des conditions indignes qui menacent sa santé et le parquet multiplie les affaires à son encontre. Une manifestation s’est tenue en mars à Mexico pour réclamer sa libération.

Nuit des veilleurs 2021 à Vanves

Bonne nouvelles et libérations 2020-21 !

Au Burundi : Nestor Nibitanga, membre d’une association pour la protection des droits humains et des détenus arrêté sans mandat en 2017 vient d’être libéré le 27 avril dans le cadre d’une grâce présidentielle.

Au Cameroun : Paul Chouta, blogueur proche de l’opposition a été arrêté sans mandat en mai 2019. Il vient d’être libéré le 20 mai 2021, 2 jours après sa condamnation à 23 mois de prison ferme.

En RDC : arrestation en France d’un ex chef de guerre congolais suite au rapport Mapping sur l’immunité.

Au Mexique : le sous-secrétaire d’état aux DH a présenté des excuses pour la disparition forcée de 3 personnes et reconnu « l’absence de justice et l’attitude négligente de l’Etat ».

Parmi les victimes pour lesquelles on a prié en 2020 :

Au Burundi : libération des 4 journalistes du média indépendant Invacu après 430 jours de prison et une condamnation à deux ans et demi de prison.

En Egypte : arrêtés en 2019 l’actrice défenseure des DH Hemanal – Heliv et le transgenre Hossam Ahmed ont été libérés et leur contrôle judiciaire levé.

En Chine : Wang Quanzhang a retrouvé son épouse et sa fille Chen Qiushi a pu retrouver ses parents.

Au Congo-Brazaville les 5 opposants Céleste, Parfait, Franck, Guil et Meldry ont été libérés.

Les autres actualités de la congrégation

A Dieu Soeur Colomban !

Patron des oblats

Session d’iconographie