Bénédictines de Sainte Bathilde

Histoire

mercredi 29 juin 2011

Autour de l’an 500, Thierry, disciple de saint Remi, évêque de Reims, perçoit l’appel de Dieu à tout quitter pour suivre le Christ.
A quelque distance de Reims se dresse la colline du Mont d’Hor ; Thierry s’y établit au milieu des forêts. Il prie, il défriche la terre. Sa vie cachée, toute saisie par le mystère de Dieu, par sa grandeur et la proximité de son amour, attire des frères autour de lui.
Un monastère naît.

Blason de l'Abbaye Pendant treize siècles, des générations de moines se succèdent en ce lieu retiré. Le même appel les y a conduits : chercher Dieu, se laisser pénétrer et unifier par sa Parole.
Un village naît autour de l’abbaye. Elle rayonne sur toute la région. La Règle de saint Benoît y est adoptée vers la fin du 10e siècle.
Gallicanum Guillaume de Saint-Thierry , ami de saint Bernard, est abbé du monastère entre 1121 et 1135. Il est l’auteur de nombreux écrits spirituels.
En 1777, la communauté est chassée et l’abbaye est rasée. Seule reste debout la salle capitulaire. Un château est construit sur le lieu. Après la tourmente révolutionnaire, le domaine de l’abbaye passe de main en main.
En 1914, il se trouve en première ligne dans la zone de feu. Une grande partie du château est détruite.
En 1926, le domaine est racheté par des industriels rémois et restauré par les Beaux-Arts.
Après deux siècles d’interruption, la vie monastique reprend sur la colline de Saint-Thierry lorsque les Bénédictines de Vanves y arrivent en 1968.

Seule partie de l’ancienne abbaye, la salle capitulaire -lieu de réunion quotidienne des moines - est devenue la chapelle de la communauté. Les piliers du 12e siècle, ornés de chapiteaux sculptés, ont subsisté malgré plusieurs remaniement des voûtes (surélevées au 14e puis au 17e siècle, et refaites après la guerre de 1914-1918).

La chapelle peut être visitée de 15h à 16h30.
Du château du 18e siècle il ne reste que le porche d’entrée de la propriété et une aile tronquée où se trouve le monastère actuel.
Dans la cour intérieure une fontaine du 17e siècle marque le milieu de l’ancien cloître. Ses eaux proviennent d’une source située à 2 kilomètres, captée par les moines au 10e siècle.
Le jardin s’étage en terrasses au-delà de l’esplanade de la salle capitulaire, suivant l’ancien tracé du 17e siècle. A cette époque fut aussi construite vers le Sud une promenade qui domine les vignobles appartenant à la Maison de Champagne Veuve Clicquot et , à l’horizon, la ville de Reims.
La restauration qui suivit la guerre de 1914-1918 fut réalisée sous le contrôle des Beaux-Arts. Une partie des bâtiments fut alors classée monument historique. La communauté reste en relation avec le Service Départemental de l’Architecture et du Patrimoine. Elle participe aux Journées annuelles du Patrimoine, organisées par la Direction Régionales des Affaires Culturelles.


 
© 2017 - Congrégation Sainte-Bathilde | Contact par email |  Mentions légales