Participer
Accueil > année jubilaire > Portrait du mois: Mère Daniel, Germaine Robert

année jubilaire

Portrait du mois: Mère Daniel, Germaine Robert

Née à Monthermé dans les Ardennes le 5 septembre 1913, elle est entrée au monastère de Vanves en 1935, séduite par cette communauté toute nouvelle et dynamique, attirée par cette intuition prophétique de Dom Besse et de la Mère Fondatrice, « pas de grilles mais la clôture et l’accueil des moines », ce qui était, à l’époque tout à fait révolutionnaire pour une communauté féminine de Bénédictines en 1921 ! En Juin 1940, elle connut l’exode avec la communauté ; Mère Daniel raconte : « la baronne d’Aligny offrait de mettre son château de Fabrègues proche d’Aurillac à notre disposition pour une dizaine de sœurs les plus âgées. Au monastère de Vanves, un poste de secours été installé à l’hôtellerie ; quatre sœurs dont moi étions engagées dans la « défense passive » et devions attendre l’ordre de repli. En définitive, la communauté entière se regroupa au château de Fabrègues ! De dix prévues nous arrivions à plus de quarante ! Nous retournâmes à Vanves deux mois plus tard, après l’armistice… le monastère fut retrouvé tel que nous l’avions quitté ! ».

Mère Daniel est arrivée au monastère de Martigné-Briand le 21 novembre 1961, et devint Prieure en 1963.
Avec l’aide de Sœur Patrice ABRIC et de l’architecte, Madame COLBOC, elle entreprit la construction du monastère. Que d’ouverture alors, particulièrement avec l’Allemagne dont provenait la plupart des Compagnons bâtisseurs qui se relayaient tous les étés !
Elle a vécu avec un élan passionné ! Elle a cherché à comprendre son temps, à évoluer avec lui, et quelle évolution au cours d’une vie !
Sa foi profonde, son intelligence, son accueil, son humour plein de gaité, mais aussi son exigence, ont marqué celles qui l’ont côtoyée. Elle aimait la vie et elle-même était une femme vivante !

Elle aimait les initiatives audacieuses comme celle de la Fondation œcuménique d’Etoy en Suisse où elle envoya deux sœurs. Elle n’avait pas peur d’innover tout en restant fidèle à la tradition de Vanves.

On aimait sa liberté de pensée et la franchise de ses opinions. Nous aimions son dynamisme et son humour parfois féroce qui faisaient qu’avec elle la vie n’était pas triste !

Son énergie et son sens de l’ouverture aux événements de l’Eglise et du monde nous provoquaient à sortir de nous-mêmes et à dépasser nos étroitesses ; ouverture aux autres confessions chrétiennes, aux autres religions, dans la mouvance de ce Concile Vatican II qui eut pour elle tant d’importance.

Elle aimait la politique et elle était passionnée par la construction de l’Europe, un petit drapeau européen flottait dans sa chambre !

Nous aimions écouter sa passion du théâtre, son amour de Péguy, ses souvenirs d’infirmière. Que d’émotions lorsque elle nous parlait de Monthermé et de la Meuse son pays natal chargé de joie et de souffrances !

Mère Daniel était un personnage « charismatique » et donc elle dérangeait !

Elle était ancrée dans le Concile Vatican II qui avait remis à l’honneur ce mot oublié : « charismes » ! Au Concile, après une longue éclipse, la vie monastique, forme de vie la plus ancienne, réapparaissait dans l’Eglise, pour la joie de Mère Daniel !

Mère Daniel ? Prieure inoubliable !

Le 18 mai 2005, Mère Daniel entrait dans la Jérusalem Céleste !

Monastère du ciel

télécharger le pdf

Eclairages… (re) découvertes…

Fondation œcuménique d’Etoy en Suisse
Les Amis des Monastères, N°188 – Octobre 2016, Les bénédictines de Sainte-Bathilde
…L’œcuménisme est depuis nos origines une marque forte de notre vocation, dans la prière comme dans l’accueil. Etoy fut un moment inouï de communion que nous ne pouvons taire et oublier…
La Fraternité d’Etoy Canton de Vaud (Suisse) 1976 – 1992, pages 15 et 16
voir le pdf de ces 2 pages (retour haut)

Vatican II et le renouveau de la vie consacrée (les textes conciliaires)
Lumen gentium – Les religieux (chapitre VI)
Décret sur la rénovation et l’adaptation de la vie religieuse, Perfectae Caritatis
Le Peuple de Dieu (chapitre II) 12. Le sens de la foi et les charismes dans le peuple chrétien.
(retour haut)

« La constitution Lumen Gentium du Concile Vatican II présente une vision de l’Eglise particulièrement dynamique où chaque vocation est bien reconnue pour elle-même. Le Chapitre V porte d’ailleurs le titre audacieux de « La vocation universelle à la sainteté dans l’Eglise ». Il y est question des conseils évangéliques pour tous. « Tous les fidèles sont donc invités à poursuivre la sainteté et la perfection de leur état, et ils y sont tenus » (LG 42).
Le Décret Perfectae caritatis du même Concile traite de l’adaptation et de la rénovation de la vie religieuse (De accomodata renovatione vitae religiosae). Tout un chapitre de ce décret porte sur « La vie religieuse laïque » (n° 10). Il s’agit là des Instituts non cléricaux, en particulier ceux qui sont voués à des tâches liées au monde de l’éducation, de la santé ou d’autres formes d’apostolat, mais on pourrait facilement l’étendre à des vocations de religieux laïcs dans les Instituts qui comprennent majoritairement des prêtres. »
La vie monastique et les laïcs en Europe, Jean-Pierre Longeat, osb. Abbé de Ligugé (Alliance Inter monastères)

(retour haut)

« Vous jouez dans l’Eglise un rôle hors pair et irremplaçable. Et c’est pourquoi l’Eglise tient à marquer en toute circonstance l’excellence qu’elle reconnaît à l’état religieux… »
Discours du pape Paul VI aux représentants de toutes les congrégations religieuses féminines, Jeudi 29 octobre 1970
(retour haut)

La Constitution dogmatique sur l’Eglise, Lumen Gentium
Dans cette vidéo de la série  » Regard sur Vatican II « , Monseigneur Simon propose d’étudier la vocation de l’Eglise et sa destination.

L’Église et l’Europe
« Dire Europe, doit vouloir dire ouverture », phrase de Jean Paul II (Ecclesia in Europa n°111)
(retour haut)

Les autres actualités de la congrégation

Croquettes – Béchamel

Onzième pierre: L’HUMILITÉ

Les Journées du Patrimoine 2022 à Vanves