Participer
Accueil > année jubilaire > Troisième pierre: le Don total

année jubilaire

Troisième pierre: le Don total

Troisième pierre de fondation (à télécharger en pdf)

Nous convertir : la vie religieuse doit être une conversion ; un changement. Nous pouvons dire que c’est d’abord changement dans l’orientation de notre vie, changement de route ; la vie s’ouvre devant nous, et au moment de la vocation, il y a conversion, changement d’orientation de la vie.

Puis c’est la transformation intérieure dans tout l’intime de notre être ; peut-être pas tout-à-fait seconde étape, mais c’est cependant un pas, changement de tout ce qui compte en nous, changement de notre être intime pour arriver à l’union avec Dieu ; troisième étape, renoncement complet à soi, mais renoncement total, sans réserve. Les trois choses sont indispensables pour nous fixer dans la vie religieuse…

chapiteau Saint-ThierryLa vie religieuse doit avoir un fondement solide
Il faut en premier lieu, le don total de soi-même. Si nous envisageons la vie religieuse sans cet unique aspect, les attraits nous aideront, mais si nous mettons en premier lieu ce don de soi-même, si nous avons une déception au point de vue attrait sensible, nous n’aurons pas de déconvenue sur le fond de notre état religieux….

Il y a dans tout monastère, ce qu’on voit de l’extérieur, la forme, le cadre. Quand on y pénètre, on se rend compte de la part de l’humain ; quand on y vit, on se rend compte qu’il y a des choses qui doivent être mais qui ne peuvent pas toujours être appliquées pour des raisons passagères.

A notre époque, il faut s’attendre à tout, il faut s’attendre à des brèches par cette vague formidable de révolution. On ne peut être sûres de ce qui se passera et si nous vivons au moment du règne de l’antéchrist, il sera bon de tenir ferme au Seigneur, par ce don complet de soi et si nous sommes fortement accrochées à cette pierre qu’est le Christ, la maison ne sera pas emportée, notre vocation n’aura rien à craindre.

Réflexion :

Que veut dire aujourd’hui « don total de soi-même » comme fondement solide ?
Sur quoi, sur qui fondons-nous notre appel ?
Quelles brèches percevons-nous et comment tenir bon ?

Diego Madagascar

Les autres actualités de la congrégation

Lectio Divina

Croquettes – Béchamel

Onzième pierre: L’HUMILITÉ